/news/politics

Violence conjugale: les centres de femmes accusent la ministre Guilbault d’être insensible

Les centres de femmes du Québec accusent la ministre de la Sécurité publique d’avoir manqué de sensibilité quand elle a commenté le 13e féminicide de l’année au Québec, plus tôt cette semaine.

• À lire aussi: Féminicide à Québec: pressée de retirer sa plainte à la police

• À lire aussi: Trois hommes liés à des dossiers de violence conjugale en cavale

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Les organismes venant en aide aux femmes affirment même être en colère contre Geneviève Guilbault, qui est aussi vice-première ministre du Québec, après qu’elle eut dit que son gouvernement fait des efforts importants pour freiner le fléau de la violence conjugale.

«Entendre la ministre de la Sécurité publique dire qu’il semble qu’on ne pourra jamais empêcher tous les féminicides, c’est sincèrement une insulte à toutes les femmes qui sont ou sortent de relations violentes et qui attendent toujours d’avoir accès à des ressources qui les refusent par manque de place ou de personnel. Ces ressources ne fournissent plus à la demande à cause d’un sous-financement chronique et il n’y a rien de nouveau là», a dit Katia Dinardo, co-coordonnatrice de L’R des centres de femmes, dans un communiqué, vendredi.

Rappelons que le 13e féminicide de l’année est survenu dans la nuit de lundi à mardi à Québec, quand Nathalie Piché, 55 ans, a été tuée. C’est son ex-conjoint, Noureddine Mimouni, 33 ans, qui a été accusé de son meurtre. Un interdit de contact devait empêcher M. Mimouni d’entrer en contact ou d’approcher son ancienne amoureuse.

Photo Facebook

La ministre Guilbault doit mettre en œuvre depuis mars dernier les 190 recommandations du Comité d’experts sur l’accompagnement des personnes victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale. Selon le L’R des centres de femmes, «presque rien n’a été fait» jusqu’ici.

«Les propos de la ministre Guilbault sont immensément insensibles, mais le plus inquiétant, c’est qu’ils témoignent de son grand manque de compétence en matière de violences faites aux femmes. Si elle fait tout en son pouvoir, Madame Guilbault, alors pourquoi les femmes continuent de perdre la vie aux mains de la violence conjugale? C’est une année record», a ajouté Mme Dinardo.

«On nous sert la cassette. On nous dit «on fait tout ce qu’on peut faire, faites-nous confiance, n’ayez pas peur, on est sur le dossier», alors qu’en réalité, ce que fait le gouvernement est insuffisant. Quelle hypocrisie! Met-elle en œuvre les recommandations? Travaille-t-elle avec les gens du milieu pour s’assurer que son approche répond aux vrais besoins? Inclut-elle les ressources qui travaillent en prévention afin de sortir les femmes du cycle de la violence dans sa démarche? A-t-elle rencontré des femmes autochtones pour s’assurer que sa démarche ne laisse personne derrière? La réponse à toutes ces questions est non», a conclu Mme Dinardo.

Au moment d’écrire ces lignes, la ministre Geneviève Guilbault n'avait pas encore répondu à nos questions.

Dans la même catégorie