/regional/saguenay

Le site historique de la Nouvelle-France à Saint-Félix-d’Otis va faire peau neuve

Le village construit pour la série «Barkskins» de National Geographic déménagera à Saint-Félix-d’Otis, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, pour donner une deuxième vie aux décors.

• À lire aussi: De jeunes cinéastes inspirés par un village abandonné

• À lire aussi: Vente des décors de Barkskins: la Ville de Québec déçue, mais lucide

• À lire aussi: Un village de la Nouvelle-France à vendre à Valcartier

Le site historique de la Nouvelle-France a acquis ces installations à quelques jours d’une éventuelle démolition par l’ancien propriétaire.

«On avait planifié au site de la Nouvelle-France de rénover les bâtiments qui avaient servi à l’origine du tournage de “Robe noire” donc on avait beaucoup d’investissement à faire et c’est une opportunité qui s’est présentée qu’on ne pouvait même pas rêver à cela», a mentionné samedi sur LCN Pierre Deslauriers, maire de Saint-Félix-d’Otis.

Le village, qui a été construit il y a à peine deux ans, avait servi pour filmer seulement huit épisodes et avait couté 4 millions $ à la compagnie de production.

«Les bâtiments ont les a payés 200 000 $ donc avec le déménagement et tout ça va nous couter 800 000 % pour ramener ça chez nous et monter ça sur le site qu’on détient à Saint-Félix-d’Otis», a expliqué le maire.

Ce n’est pas la première fois que la ville du Saguenay–Lac-Saint-Jean achète des décors de cinéma pour en faire une attraction. Après le tournage du film historique «Robe noire» en 1991, la ville avait acheté les maisons qui formaient une réplique de la ville de Québec en Nouvelle-France.

«Déjà, il y a des personnes qui nous ont approchés pour faire des tournages dans le futur, parce que nous, notre site représente ce qu’il y a de plus proche à la ville de Québec à l’époque de la Nouvelle-France», a souligné M. Deslauriers.

L’achat de ces nouveaux décors servira principalement à remplacer les anciens bâtiments tout en gardant les décors uniques du village de Saint-Félix-d’Otis.

«Il y a quand même la maison de Champlain qu’on a ici et qu’il n’y avait pas dans le village de Barkskins», a ajouté le maire.