/news/coronavirus

Plus de la moitié des Canadiens sont anxieux du déconfinement

Près de 51 % des Canadiens sont nerveux pour la reprise des activités après la pandémie de COVID-19, selon un sondage de la firme de marketing Ipsos réalisé en collaboration avec Global News.

• À lire aussi: COVID-19: les nouveaux cas doublent à Montréal

• À lire aussi: Fermeture de l’urgence de Baie-Saint-Paul: une décision critiquée

• À lire aussi: Vaccination: l’objectif de 75% presque atteint au Canada

Les Canadiens se poseraient ainsi plus de questions sur les contacts sociaux lors d’un éventuel déconfinement, notamment lors du retour au travail en présentiel.

Les jeunes de moins de 35 ans seraient également plus anxieux face à ce retour à la vie normale.

«Nous avons tellement été vigilants avec les mesures sanitaires lors des derniers mois que ça va prendre un certain temps pour que le corps et l’esprit s’habituent aux normes prépandémie», a mentionné en entrevue à Global News, samedi, la docteure Sarah Levitt, psychiatre et professeure associée à l’Université de Toronto.

Elle a toutefois ajouté que cette anxiété pourrait être une bonne chose, car certaines personnes pourraient prendre des mesures supplémentaires pour se protéger et éviter une autre remontée des cas.

Mais la réouverture des lieux risque d’affecter davantage les gens qui avaient déjà certains problèmes d’anxiété.

«Nous savons que les gens qui ont une fragilité mentale pourraient avoir des complications à la suite du déconfinement. Ça peut être épeurant pour ceux qui travailler sur la ligne de front pendant la pandémie», a précisé au média le docteur Sanjeev Sockalingam, professeur à l’Université de Toronto.

Le sondage d’Ipsos en collaboration avec Global News a été réalisé en ligne auprès de plus de 1000 Canadiens.