/sports/homepage

Une pensée pour Daron

Luke Richardson a signé sa première victoire dans un rôle d’entraîneur en chef à son premier match dans la LNH. C’était en relève à Dominique Ducharme en plein cœur de la demi-finale contre les Golden Knights de Vegas.

• À lire aussi: Victoire à l’arraché des Canadiens

• À lire aussi: Une victoire pour Ducharme

• À lire aussi: «J’ai fait une gaffe» - Marc-André Fleury

Immédiatement après le but vainqueur de Josh Anderson en prolongation, Richardson a serré la main de ses adjoints, Alexandre Burrows et Sean Burke derrière le banc de l’équipe. Mais avant de retraiter vers le vestiaire, il a aussi touché l’épinglette sur sa poitrine à l’effigie de la fondation DIFD (Do it for Daron) et envoyé un baiser vers le ciel. C’était un geste symbolique bien plus grand que le hockey.

Richardson a posé ce geste en l’honneur de sa fille Daron. C’était sa façon de la saluer et de lui dire qu’il pensait encore à elle. Le 13 novembre 2010, Daron s’est enlevé la vie à la résidence familiale d’Ottawa. Elle avait 14 ans. À cette époque, Richardson occupait un poste d’adjoint avec les Sénateurs d’Ottawa.

Depuis de nombreuses années, Richardson a comme mission de parler d’un sujet souvent tabou, le suicide. Il veut en parler pour prévenir, pour sensibiliser et pour éviter un autre drame dans une famille.

Au lendemain de la victoire de 3 à 2 en prolongation contre les Golden Knights, Richardson a encore une fois eu le courage et la force pour revenir sur ce triste événement. Il a décrit ce qu’il lui passait par la tête dans les secondes suivant la fin du match quand il a rendu un bel hommage à sa plus jeune fille.

«Le match de hockey est important. On pensait tous à Dom, il était avec nous pour une portion de la soirée. Nous avons perdu notre fille il y a dix ans. Ça peut paraître loin, mais parfois on dirait que c’était hier. On veut aider la fondation et le mouvement qu’on a créés DIFD. C’est important d’avoir la discussion pour la santé mentale chez les jeunes et le suicide. Ce n’est pas une conversation facile, mais on est fiers de venir en aide aux gens. Daron est toujours dans mon cœur. Elle est toujours dans le cœur de ma famille. Daron était une bonne joueuse de hockey également. Je trouvais que c’était un beau moment pour lui offrir un hommage puisque nous nous ennuyons clairement d’elle.»

Lever son verre 

À son retour chez lui, Richardson a eu le temps de décompresser un peu et de s’offrir un verre de vin aux côtés de son épouse, Stephanie.

«Oui, j’ai levé un verre. Ma fille aînée Morgan est à Boston, elle est enseignante dans une école secondaire. Avec les restrictions, elle ne pouvait venir au match et partager ce moment avec nous. Je suis fier de mes filles. Daron est dans nos cœurs. Morgan ne pouvait pas être présente, mais on pensait aussi à elle. C’était très spécial. Stephanie et moi étions heureux de cette soirée, c’était un moment unique.»

L’aide des vétérans 

À la fin du match, il y avait une autre image forte. Celle de Corey Perry, le nez en sang, qui attendait ses coéquipiers pour les féliciter. Richardson a reconnu l’impact de son capitaine Shea Weber, mais aussi des vétérans comme Perry et Eric Staal pour faciliter la transition en l’absence de Ducharme.

«Les vétérans étaient formidables, a affirmé Richardson. Perry est là depuis le début de l’année, il est un incroyable meneur. C’est un gagnant et il apporte beaucoup à l’équipe. C’est la même chose pour Shea, il est un grand capitaine. Ils montrent le chemin à suivre. Ils trouvent des façons de trainer tout le groupe avec eux. Ils sont assez vocaux et les autres joueurs embarquent aussi.»

«En temps normal, on est une équipe assez posée, a-t-il poursuivi. Je suis ici depuis trois ans et je vois l’évolution. Je peux sentir la confiance pas juste dans notre jeu, mais aussi dans la personnalité des joueurs. Il n’y a plus un seul gars de timide. Burkie (Sean Burke) m’a aussi dit après le match que Webby (Weber) avait été génial avec lui pour l’aider derrière le banc.»

Richardson poursuivra son aventure derrière le banc du CH pour encore quelques jours sans avoir une date précise. Selon le protocole de la LNH, Ducharme devrait s’absenter pour un minimum de dix jours.

«Je ne sais pas encore pour combien de temps, a-t-il répliqué. Ils font des tests plus approfondis sur le test de Dom. J’ai parlé à Dom aujourd’hui. Nous aurons une rencontre avec les joueurs pour nous préparer pour le prochain match. Dom s’ennuie de nous et c’est réciproque. Mais je n’ai pas encore reçu une réponse pour une date probable d’un retour. Il y a le protocole de la LNH à suivre et celui de Santé Québec.»

Dans la même catégorie