/regional/saguenay

Un «Quetchup» 100 % québécois contre Heinz

Simon-Pierre Murdock

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Sept mois après le prêt de 2 millions de dollars du gouvernement Legault au géant américain Kraft Heinz, un entrepreneur de Chicoutimi lance son « Quetchup » 100 % québécois pour l’écraser.

• À lire aussi: Alerte rouge face à la pénurie de ketchup en sachet

« Nos tomates viennent du nord du Lac-Saint-Jean, des Serres bleues, à Chapais. On a des pourparlers avec trois autres fournisseurs. On a aussi mis en terre des milliers de plants de tomates Roma », explique au Journal Simon-Pierre Murdock, président et fondateur de Canada Sauce, à Chicoutimi.

« On est les premiers dans l’histoire du Québec à sortir un ketchup 100 % québécois avec des tomates d’ici. On ne va pas juste le dire comme Kraft Heinz, on le fait », dit-il en lançant des tomates à la multinationale de Chicago.

En novembre dernier, Québec a accordé un prêt de 2 millions de dollars à Kraft Heinz, qui achète ses tomates des États-Unis, la même journée où il lançait sa vaste campagne de communication « Achetons québécois !».

Prêt « pas rapport »

Ces dernières années, Kraft Heinz a obtenu plus de 20 millions de dollars en aide publique de toutes sortes de l’État québécois, ce qui fait voir rouge Simon-Pierre Murdock.

« Le prêt de 2 millions de dollars à Kraft Heinz n’avait pas rapport pour une compagnie qui vaut plus de 60 milliards de dollars en Bourse. Il y a eu une très grosse erreur de jugement », soupire le patron, qui ne mâche pas ses mots.

« On s’endette comme des malades pour enrichir des multinationales », laisse tomber celui qui a refusé de se la couler douce, a fait fi de la pomme de discorde et a osé lancer son nouveau condiment chouchou.

Après son ketchup Canada Sauce fabriqué avec des tomates ontariennes en 2017, Simon-Pierre Murdock dévoile enfin son ketchup 100 % québécois.

« On veut continuer à être des patriotes économiques », affirme l’homme d’affaires, qui ne se prend pas le chou avec des ventes dans la fourchette des 5 à 10 millions de dollars. 

Ingrédients 100 % québécois

Pour y arriver, Simon-Pierre Murdock a soigneusement choisi des ingrédients 100 % québécois parce que le fruit était mûr.

« On a le premier ketchup 100 % québécois avec du miel, de l’ail, des oignons et de la tomate québécoise fraîche. On n’a mis aucun sodium », détaille l’homme qui jure n’avoir jamais raconté de salade.

Alors que les tomates de l’usine québécoise de ketchup de Kraft Heinz parcourent des dizaines de milliers de kilomètres, celles du « Quetchup » de Simon-Pierre Murdock vont bientôt pousser... dans sa cour.

« J’ai planté moi-même avec l’équipe un champ complet de tomates italiennes Roma pour la transformation, il y a deux semaines », explique-t-il.

« Kraft Heinz va chercher ses tomates en Californie. Viennent-elles de Chine ? Je me pose la question », conclut l’entrepreneur avec son franc-parler.


Il y a deux ans, Kraft Heinz a fermé son centre de distribution de Vaudreuil-Dorion, en Montérégie, au profit d’immenses installations à Milton, une municipalité de l’agglomération de Toronto. Près d’une centaine de résidents du coin avaient alors perdu leur gagne-pain.