/news/society

Défi 1 000 000 KM Ensemble: l’objectif dépassé

En avant-midi dimanche, il y avait plus de 1 412 420 km au compteur du défi 1 000 000 de KM Ensemble. Ces kilomètres ont été accumulés par les Québécois qui s’activent en marchant, courant ou pédalant. 

• À lire aussi: 1 000 000 KM Ensemble: un défi bien amorcé

L'activité physique est si importante pour avoir une bonne santé que plusieurs médecins prescrivent maintenant l'activité physique dans le cadre de leur pratique. C'est d'ailleurs le cas de Dr Alain Demers, médecin de famille à Sherbrooke et président de l'Association des médecins omnipraticiens de l'Estrie (AMOE).

«Je le fais régulièrement, prescrire de l’activité physique, parce qu’on sait que l’activité physique vaut plus que n’importe quel autre médicament en prévention», dit-il.

Dr Demers préconise d'avoir plusieurs périodes d'activité physique pendant la semaine. «Un 20 à 30 minutes d’activité par jour au moins cinq jours par semaine, c’est excellent pour la santé et ç’a été prouvé dans plusieurs études. Il n’est pas du tout obligatoire d’aller faire une grosse activité physique. Par exemple, quelqu’un qui joue au hockey une fois par semaine pendant 90 minutes, au niveau de la santé cardiovasculaire, est probablement moins en forme que quelqu’un qui prend une simple marche régulièrement cinq fois par semaine. Alors il faut répartir l’activité physique dans la semaine et ne pas avoir plusieurs journées de sédentarité», précise-t-il.

Selon lui, l'activité physique, comme la simple marche, est accessible à tous. «Ce n’est pas obligatoire d’être inscrit dans un groupe ou un gym, dit-il. S’en priver, c’est vraiment triste à mon point de vue.»

Augmentation de la sédentarité pendant la pandémie          

Dr Demers a constaté qu'une portion de la population est devenue plus sédentaire, particulièrement celle qui pratiquait les activités en groupe puisque les lieux d'activité comme les gymnases et les arénas étaient fermés.

«On espère maintenant avec l’allègement des mesures sanitaires que les gens vont reprendre les activités physiques qu’ils aimaient. Vous savez, pour faire une activité physique régulière, il faut quand même y ressentir un certain plaisir, il faut qu’il y ait quelque chose qui nous attire vers l’activité physique. Et si ce sont des activités de groupes, il y a des gens qui, en solo, trouvaient ça moins intéressant. Il y a une certaine convivialité dans les activités de groupe qui vont reprendre», explique-t-il.

«C'est important de recommencer à bouger. On a été cloisonnés, maintenant tout rouvre, et on doit reprendre notre air d'aller», explique Pierre Lavoie, cofondateur du Grand défi Pierre Lavoie. «On va continuer à rappeler aux gens que leur santé leur appartient, mais qu'ils en sont responsables.»

Les bienfaits de l'activité physique            

Lorsqu'on pratique une activité physique, il y a une certaine libération d’hormones dans le cerveau, les endorphines et la dopamine, qui provoquent un certain plaisir et une sensation de bien-être au niveau cérébral.

«Je vous dirais que pendant mes journées de travail, qui sont quand même assez longues, faire une activité physique me permet d’être plus éveillé, alerte, plus à l’écoute face aux gens qui sont devant moi. Ça n’a pas juste des bienfaits au niveau cardiovasculaire, ç’a plusieurs bienfaits au niveau cérébral», note Dr Demers.

Pour ceux qui voudraient participer au défi 1 000 000 de KM Ensemble, il n'est pas trop tard pour vous inscrire. «On a eu le premier million, je crois que c'est possible d'atteindre le deuxième», encourage M. Lavoie. 

Le défi continue pour toute la journée dimanche. 

De son côté, Pierre Lavoie s’adonnera à des activités de marche, de nage et de vélo en Estrie et en Montérégie, avant d’effectuer son arrivée au parc Jean-Drapeau, à Montréal, en fin de journée.

Dans la même catégorie