/sports/homepage

«J’ai respecté les consignes» - Dominique Ducharme

Les chances d’être atteint de la COVID-19 après une deuxième dose du vaccin sont minimes. Selon les spécialistes, le niveau de protection est de l’ordre de 92 % à 96 %. Dominique Ducharme a donc joué de malchance.

• À lire aussi: Le Canadien et les Knights de retour... Chris Lee et Dan O’Rourke aussi

• À lire aussi: Des amateurs du Canadien inspirés

• À lire aussi: CH : Ensemble dans le bateau

«C’est une grosse surprise. Je ne m’attendais pas à ça, a lancé l’entraîneur-chef du Canadien par le biais d’une visioconférence, dimanche. Avec les deux vaccins, en plus...»

La situation est d’autant plus étrange que les joueurs et les entraîneurs de la Ligue nationale doivent se plier à des directives strictes. Autant lorsque l’équipe joue à domicile que lorsqu’elle est sur la route.

«C’est frustrant parce que je ne me suis pas exposé. J’ai respecté toutes les consignes. À Vegas, je me suis promené de ma chambre, à notre salle à manger, je suis allé à l’autobus et à l’aréna, a énuméré Ducharme. Je suis allé au gym de l’hôtel sur les heures où il nous était réservé. Est-ce que c’est dans l’ascenseur? Impossible à savoir.»

La bonne nouvelle dans cette malchance, c’est que Ducharme ne souffre d’aucun symptôme. Tout comme ses proches, un groupe au sein duquel personne n’a reçu de résultat positif.

Dix ou 14 jours? 

Conséquence de cette infection, Ducharme devra encore une fois regarder son équipe affronter les Golden Knights à la télévision. Même s’il parle à ses adjoints quelques fois par jour et qu’il a l’occasion de s’adresser à ses joueurs de façon virtuelle avant les matchs, il doit assurément piétiner dans son salon.

«C’est difficile à décrire comme situation. Tu te sens inutile. Tu espères pour le mieux, a-t-il indiqué. La dernière fois que j’ai regardé le Canadien à la télévision, c’était il y a trois ou quatre ans.»

Il en sera ainsi encore pour quelque temps. Combien? Difficile à dire. Certains avancent 10 jours, ce qui est la consigne de Santé Québec, d’autres, 14 jours.

«Il n’y a rien de confirmé de ce côté. L’organisation est en discussion avec les autorités. On est dans une situation particulière. On est isolé depuis le mois de décembre.»

Dans le cas où la deuxième hypothèse l’emporterait, cela signifierait que Ducharme ne serait pas de retour derrière le banc de son équipe avant le milieu de la finale de la coupe Stanley. Dans le cas, bien évidemment, que le Canadien atteigne cette étape.

«J’espère que je pourrai revenir avant ça. J’ai confiance que ce sera le cas, a soutenu Ducharme. Nos joueurs veulent poursuivre le parcours. Je suis confiant qu’on va encore jouer quand je vais revenir.»