/news/world

Assouplissements aux frontières : le Canada rabroué par l‘IATA

Quelques heures après avoir annoncé des assouplissements aux frontières prévus pour le 6 juillet, le Canada s’est fait rabrouer sur Twitter par l’Association internationale du transport aérien (IATA), qui qualifie les mesures du gouvernement fédérales de «discriminatoires envers les familles».

• À lire aussi: Assouplissements aux frontières: voici les changements à retenir

Plus tôt lundi, Ottawa a annoncé la fin de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs pleinement vaccinés. Cependant, cela n’inclut que les citoyens et les résidents permanents, et exclut de fait les étrangers qui aimeraient visiter le pays, vaccinés à deux reprises ou non.

«Quelle est la preuve scientifique supportant la différentiation entre un Canadien entièrement vacciné et les autres voyageurs entièrement vaccinés?» demande l’IATA, la plus grande organisation commerciale représentant l’industrie aérienne de la planète.

Une quarantaine pour les enfants de moins de 12 ans  

L’organisation, qui agit aussi en lobby auprès des gouvernements, reproche au Canada sa décision d’imposer une quarantaine aux enfants de moins de 12 ans, qui ne peuvent toujours pas se faire vacciner, mais pas à leur famille.

«Sous les nouvelles règles mises à jour par le gouvernement du Canada, les enfants doivent faire une quarantaine malgré les deux tests de dépistage, alors que leurs parents sont exemptés. C’est une discrimination envers les familles, et cela défie la science !», peut-on lire sur le compte Twitter de l’IATA.

En point de presse, les ministres fédéraux de la Santé et des Transports, Patty Hajdu et Omar Alghabra, se sont défendus de ne pas rendre publics les critères précis sur lesquels se base le gouvernement pour prendre ses décisions. La ministre Hajdu a répété que le gouvernement prenait en compte «plusieurs critères» en même temps.

Encore aujourd’hui, la santé publique du Canada n’a pas autorisé de vaccin pour les enfants de 12 ans et moins. Cela devrait éventuellement changer, mais en attendant, les parents qui ont reçu les deux doses nécessaires devront gérer la quarantaine de leurs enfants, même s’ils auront eux-mêmes le droit de sortir.

Dans les faits, aucun pays n’a autorisé de vaccin contre la COVID-19 à des enfants âgés de moins de 12 ans. Plusieurs pays européens ont étendu la vaccination chez les adolescents de 12 et plus seulement au début du mois.

Le fabricant Pfizer dirige des études cliniques auprès des 12 ans et moins pour déterminer l’efficacité de son vaccin chez ce groupe d’âge. Selon les données scientifiques actuelles, les enfants sont moins à risque de développer des complications sévères en lien avec la maladie à coronavirus COVID-19.

L’IATA projette que l’industrie aérienne retrouvera sa vitesse de croisière prépandémique en 2023, lorsque le nombre de passagers aéronautiques reviendra au niveau de 2019. pour l’année en cours, l’organisation évalue que le nombre de passagers s’établira à 52 % du niveau prépandémique.

Dans un message transmis à l’Agence QMI en fin d’après-midi lundi, le ministère des Transports réitère que «la réponse du Canada à la pandémie de COVID 19 est fondée sur les données et les études scientifiques les plus récentes».

«Comme les vaccins ne sont pas autorisés pour les enfants de moins de 12 ans, la plupart des enfants ne seront pas vaccinés. Par conséquent, afin de protéger les Canadiens contre les cas importés de COVID-19, les experts en santé publique recommandent que les enfants de moins de 12 ans restent en quarantaine pendant 14 jours», a-t-on fait savoir au bureau du ministre.

Dans la même catégorie