/news/techno

Hydro-Québec inaugure deux centrales solaires

Hydro-Québec inaugure lundi deux centrales solaires à Varennes et à La Prairie, les premières à se brancher sur le réseau hydroélectrique. Celle de La Prairie fait l’équivalent de 28 terrains de football. 

• À lire aussi: Ligne Appalaches-Maine: Ottawa donne le feu vert à Hydro-Québec

Les centrales solaires vont permettre d’expérimenter avec ce type d'énergie renouvelable, mais intermittente. Différents panneaux solaires et des technologies variées vont être à l'étude.

«Hydro-Québec est rendu là», dit Sophie Brochu, présidente et chef de la direction à Hydro-Québec. «On a au Québec une immense chance parce que nos réservoirs et nos capacités hydroélectriques sont extraordinaires. On fait l’envie de la planète. On a une énergie qui est abondante, renouvelable et très compétitive».

«Il y a différentes technologies de panneaux solaires qui existent aujourd’hui, et on va pouvoir tester des panneaux bifaciaux par exemple, qui vont pouvoir prendre la réflexion de la neige et l’intégrer sur le réseau», explique David Murray, chef de l’innovation et vice-président exécutif à Hydro-Québec. «On a des panneaux solaires qui sont quand même plus élevés que normalement, c’est justement pour pouvoir accueillir la réflexion de la neige et l’intégrer à notre réseau aussi.»

L'inauguration de ces centrales arrive à point puisque les coûts de l’énergie solaire ont baissé et les panneaux sont moins chers, ce qui va permettre d’aller chercher une expertise qu’Hydro-Québec n’a pas encore. 

La première femme ingénieure chez Hydro-Québec en 1959, Gabrielle Bodis, a inspiré le nom des installations de La Prairie, qui est nommée en son honneur; la centrale Gabrielle-Bodis. 

Dans la même catégorie