/buzz/homepage

Jessica Lauser est une championne d’échec, et elle est aussi aveugle

Jessica Lauser | Capture d'écran CNN

L’Américaine de 41 ans a commencé à s’entraîner pour faire taire les moqueries sur son handicap, et est finalement devenue championne.

Jessica Lauser a un style de jeu rapide et agressif et elle ne laisse pas de temps à son adversaire pour réfléchir. Elle fait partie du top 3% des joueuses d’échecs au monde, et a remporté plusieurs titres en compétition. Son palmarès est impressionnant, mais il l’est d’autant plus qu’elle est aveugle.

Comme le personnage de Beth Harmon dans la série Netflix Le jeu de la dame, Lauser a fait des échecs un moyen de s’émanciper et une passion quotidienne. 

L’Américaine a commencé les échecs lorsqu’elle a compris que le jeu donnait la possibilité de gagner, et ce sans tenir compte de leur origine ou de leur handicap. «Lorsque j’ai appris qu’un enfant pouvait battre un adulte, j’ai compris qu’il y avait quelque chose de spécial à propos des échecs», a-t-elle raconté à CNN. 

Adolescente, elle commence alors à réellement s’entrainer pour faire taire les moqueries qu’elle subissait à l’époque. «Je savais que les autres enfants allaient se moquer de moi. Alors je me suis dit que si je les battais, peut-être qu’ils la fermeraient» explique Lauser.

Elle est maintenant triple championne des États-Unis en titre d’échec à l’aveugle, et espère pouvoir participer aux tournois mondiaux dès cette année. 

Sa vision lui permet uniquement de distinguer si une case est occupée, et elle peut demander de quelle pièce il s'agit si elle a un doute.

Jessica Lauser | Capture d'écran CNN

Lauser ne perd pas l’espoir d’obtenir le grade de maître international -décerné aux joueurs et joueuses ayant atteint un classement important-. 

«Jai lu et entendu beaucoup de fois que si un joueur n’a pas obtenu le statut de maitre international a un certain âge, il ne pourra jamais l’avoir», dit-elle.

Mais elle n’y croit pas, et argumente qu’«elle n’a pas la même trajectoire de vie que les autres».