/news/currentevents

Tornade à Mascouche : «des vents qui ont surement dépassé les 200 km/h»

La tornade qui a frappé le secteur de Mascouche, dans Lanaudière, lundi après-midi, et qui a fait un mort pourrait avoir apporté des vents de plus de 200 km/h, croit le météorologue Gilles Brien. 

• À lire aussi: Un mort dans une tornade à Mascouche

• À lire aussi: Tornade à Mascouche : «ce n’est vraiment pas une belle scène»

• À lire aussi: Tornade à Mascouche: «Il y avait des bouts d’arbre et de toiture»

«Les dégâts, les dommages avec toits arrachés, on parle de vents qui ont dépassé surement les 200 km à l’heure, donc c’est probablement une EF2», affirme M. Brien en entrevue à LCN.

Une équipe d'Environnement Canada se rendra sur les lieux pour déterminer la véritable catégorie de cette tornade. 

MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Les tornades d’une telle force sont peu fréquentes au Québec, selon le météorologue. 

«Des tornades, on en compte une demi-douzaine au Québec officiellement, parce que les chiffres d’Environnement Canada, on parle de tornades qui ont généré des victimes ou des dégâts. Mais celles qui apparaissent en pleine forêt, on ne s’en occupe pas, alors il y en a probablement trois ou quatre fois plus», explique-t-il.

MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

La dernière tornade à avoir fait une victime, selon M. Brien, a eu lieu en 1984 dans la municipalité de Blue Sea, en Outaouais. 

«Une maison mobile avait été projetée dans le lac et l’occupant de la maison est décédé noyé», raconte-t-il. 

Les ingrédients parfaits    

Toutes les conditions étaient réunies pour la formation de tornades lundi. 

«Vous aviez tous les ingrédients pour créer des orages qu’on appelle super cellulaires, c’est-à-dire des nuages beaucoup plus imposants que des cumulonimbus ordinaires, des orages isolés. Là, vous avez eu des orages assez puissants pour créer de la grêle, des vents qui ont dépassé les 100km heure, manifestement», dit Gilles Brien. 

ANDRÉ PAQUETTE / HÉLICOPTÈRE TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

À ce cocktail parfait, s’ajoutaient des tourbillons, ajoute le météorologue. 

«L’ingrédient secret, c’est les tourbillons. Il y a toujours du tourbillon dans l’atmosphère, mais là c’est un tourbillon qui était horizontal qui s’est viré verticalement, et sur les radars, c’était clair à midi, il y avait déjà deux super cellules qui montraient des signes de rotation», poursuit-il. 

Ce denier se désole d’ailleurs qu’un décès soit survenu puisque la tornade qui a frappé Mascouche était dans un secteur identifié. 

«Les régions étaient identifiées déjà depuis ce midi, et manifestement, une victime est toujours une victime de trop, parce que les alertes météo existent pour ça, prévenir les gens», soutient M. Brien. 

Dans la même catégorie