/news/law

Un Torontois accusé d’avoir tué une fillette en empoisonnant ses céréales

CAPTURE D'ÉCRAN/GO FUND ME

Un Torontois a été arrêté et accusé d’avoir empoisonné deux fillettes, dont une mortellement, en mettant un produit nocif dans leurs céréales.

La police de Toronto a expliqué, par communiqué, que Francis Ngugi, 45 ans, aurait eu accès à une «substance contrôlée» grâce à son emploi, qu’il aurait versée dans les céréales des deux enfants. La police n’a pas précisé le type de substance utilisée ou l’emploi de l’homme.

L’homme aurait profité du fait que les deux enfants, deux amies, avaient passé la nuit sous le même toit pour les empoisonner le matin venu. Le drame s’est déroulé le 7 mars dernier, mais l’homme a été arrêté seulement vendredi.

L’une des fillettes, Bernice, trois ans, identifiée par sa mère Maurine Mirembe sur une page GoFundMe, avait été transportée à l’hôpital, où elle est décédée. Son amie, elle, a été longuement hospitalisée, mais a survécu à l’empoisonnement.

«[Ma fille] s’est réveillée enjouée comme à l’habitude, a déjeuné et a joué avec son amie. Elle s’est rapidement mise à vomir, elle était affaiblie, et le temps que j’arrive, elle respirait à peine», a raconté Mme Mirembe sur le site de sociofinancement en mars, en précisant que sa fille a été débranchée des appareils qui la maintenaient en vie après plusieurs tentatives de réanimation.

La mère éplorée avait lancé la campagne de financement afin de pouvoir aller enterrer sa fille en Ouganda, d’où elle est originaire.

Selon le «Toronto Sun», Francis Ngugi serait l’ancien petit ami de la mère de la fillette qui a survécu à l’empoisonnement. Le couple se serait séparé quelques mois avant les événements de mars.

L’homme se serait servi de nitrite, un agent de conservation, pour commettre le crime qui lui est reproché, a aussi indiqué le quotidien en se fiant à des sources anonymes.

Ngugi fait face à deux accusations d’avoir administré une substance toxique pour mettre des vies en péril, à deux accusations de voies de fait et à une accusation de négligence criminelle causant la mort.