/sports/homepage

Variant Delta: le premier ministre italien ne veut pas d'une finale à Londres

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi s'est dit opposé mardi à Berlin à la tenue de la finale de l'Euro dans l'enceinte londonienne de Wembley en raison d'une poussée de cas liée au variant Delta.

• À lire aussi: Euro: trois en trois pour l’Italie

• À lire aussi: COVID-19: plus de 10 000 cas en 24h au Royaume-Uni, une première depuis février

M. Draghi veut «s'employer à ce que la finale du championnat européen ne se déroule pas dans un pays où les contagions sont en train de croître rapidement», a déclaré le président du Conseil italien, interrogé sur ce sujet lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière Angela Merkel.

AFP

La Grande-Bretagne est confrontée ces dernières semaines à une hausse des cas de Covid-19, en raison de la propagation du variant Delta identifié en Inde.

Le gouvernement de Boris Johnson a dû faire face à cette hausse des cas, et malgré une large couverture vaccinale, repousser de quatre semaines, jusqu'au 19 juillet, la levée des dernières restrictions instaurées en Angleterre.

Le premier ministre britannique avait indiqué vendredi que sa priorité était «la santé publique», davantage que le maintien des demi-finales et de la finale de l'Euro à Wembley.

Des sources ont confirmé à l'AFP que l'UEFA envisageait de déplacer ces matches à Budapest, la seule capitale à n'avoir imposé aucune jauge dans son stade pour cet Euro. Le gouvernement britannique prévoit pour l'instant une jauge à 50% pour les demi-finales et la finale.

Mme Merkel et le président français Emmanuel Macron avaient appelé vendredi à Berlin à la vigilance dans l'organisation des matches face à la poussée du très contagieux variant Delta.