/regional/quebec/chaudiereappalaches

Grève chez Exceldor: le ministre Boulet convoque les parties

Le ministre du Travail, Jean Boulet, a indiqué, mardi soir, qu’il a convoqué la direction d’Exceldor et les syndiqués à son cabinet de Québec afin de trouver une solution pour mettre fin à la grève en cours depuis quatre semaines. 

• À lire aussi: Exceldor: le ministre du Travail refuse d’avoir recours à une loi spéciale

• À lire aussi: Grève chez Exceldor: des volailles récupérées pour éviter le gaspillage

«Les parties ont tous les outils pour régler ce conflit. Le gaspillage alimentaire doit cesser», a écrit le ministre dans une publication Twitter. 

En fin d’après-midi, mardi, une conciliatrice rencontrait toujours les parties afin de trouver une entente, sans succès. 

Les syndiqués de l’usine de Saint-Anselme, dans Chaudière-Appalaches, veulent une augmentation de salaire et de meilleures conditions de travail à l’intérieur de l’usine.

Une éclosion de COVID-19 qui est survenue en 2020 est venue compliquer les opérations de l'usine. Les employés déplorent qu'on ne les a pas pris en compte alors qu’ils travaillaient davantage pendant cette période-là. 

«On l'a senti beaucoup dans notre production, dans les commandes, on le voyait qu'il y avait une urgence de produire», déplore un employé en grève. «Il y a toujours eu du poulet sur les tablettes d'épicerie, dans les restaurants, on a fait notre part là-dessus malgré qu'il y ait eu une grosse éclosion avant les Fêtes au mois de décembre», dit-il. 

Il note que les employés ne pouvaient pas se placer en confinement peu importe les cas de COVID-19 dans l'usine. Ils devaient se rendre au travail. 

«Les employés travaillent à tous les jours à des températures de 0 à 4 degrés avec des courants d’air, de l’humidité, ce n’est vraiment pas facile, c’est dur pour la santé», ajoute-t-il.

«On veut que la main-d’œuvre veuille travailler ici. Notre but, c’est d’attirer le monde pour qu’ils restent dans la région et la fassent prospérer», explique une autre employée. 

En fin d'après-midi mardi, la conciliatrice rencontrait séparément le syndicat des employés et Exceldor pour lancer des négociations. En soirée mardi, on n'avait toujours pas de détails quant aux résultats de celles-ci. 

Dans la même catégorie