/regional/montreal/lanaudiere

EN IMAGES | Visite d’une maison détruite par la tornade

Un couple de septuagénaires de Mascouche a l’impression d’être prisonniers d’un mauvais rêve depuis qu’ils ont retrouvé leur maison hier sans toit et ravagée par une tornade qui a généré des vents de plus de 200 km/h.  

• À lire aussi: Tornade à Mascouche: À quelques secondes de la mort

• À lire aussi: Le premier ministre François Legault sur le terrain à Mascouche

«Je suis sûre que vous n’avez jamais vu une maison à aire ouverte comme celle-là. Il faut le voir pour le croire», lancent à la blague Cécile Croze et son mari, Gabriel, âgés de 70 et 73 ans, en regardant le ciel depuis leur salle à manger. 

La maison familiale d’un étage, située sur le chemin de la Cabane-Ronde, a toujours ses murs. Ses fenêtres sont intactes, mais la tornade est loin d’avoir épargné tout le toit, qui a été projeté à près de 100 m de la fondation. 

Photo Chantal Poirier

Selon nos observations, il s’agit de la demeure la plus ravagée par le phénomène naturel survenu hier à Mascouche. 

«Heureusement, on était en train de faire du camping dans notre roulotte à Rougemont et nos enfants ici nous ont avertis. Au moins, personne n’a été blessé. On habite ici depuis 40 ans. Mes deux filles sont nées ici. Tous nos souvenirs familiaux, on les a fabriqués dans cette maison», confie avec émotions Cécile Croze. 

Photo Chantal Poirier

Défi de se reloger

Pour l’instant, le couple habite chez leur fille. Ils disent avoir confiance de pouvoir se reloger sous peu, mais un petit coup de pouce ne leur ferait pas de tort.

«C’est sûr que d’avoir une aide du gouvernement, ça ne serait pas de refus. On va voir si la maison sera reconstruite ou non. On attend l’évaluation des assurances pour le moment. On ne peut pas faire grand-chose de plus», affirme Mme Croze. 

Photo Chantal Poirier

Les septuagénaires, qui résident dans leur maison depuis 1980, mentionnent aussi qu’ils n’ont jamais vu une telle tornade dans le passé. «On n’aurait jamais cru voir ça de notre vivant», laisse tomber Mme Croze. 

Fillette traumatisée

François Beaulieu, père d’une fillette de huit ans, raconte que son enfant a été traumatisée en voyant la tornade hier. 

«Elle revenait de l’école dans son autobus. Ils ont vu la tornade qui s’approchait. Ç’a quand même été traumatisant pour elle. Il a fallu la consoler. Elle paniquait un peu. Par contre, quand elle a vu que notre maison était correcte, elle était réconfortée», relate M. Beaulieu. 

Photo Chantal Poirier

Sa demeure se trouve d’ailleurs en face de la maison du couple qui s’est fait arracher son toit par la tornade hier. 

«On n’a plus d’électricité, des morceaux de bardeaux sont arrachés, des arbres cassés, la terrasse est aussi endommagée, mais quand on se compare avec nos voisins d’en face, qui n’ont plus de toit, on se console», conclut M. Beaulieu, âgé de 38 ans.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.