/regional/quebec/quebec

Fini les écoles qui débordent, promet le ministre Roberge

Jean Francois Roberge ecoles

Photo d'archives

Les écoles qui débordent et les transferts d’élèves ne seront bientôt qu’un mauvais souvenir, promet le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui a annoncé mardi l’agrandissement de trois écoles primaires à Québec. 

• À lire aussi: Bulletins: des rencontres entre parents et profs réclamées

«D’ici quelques années, on aura terminé l’opération rattrapage. Il y aura toujours des demandes d’ajout d’espace, mais on sera capable de travailler en amont et de planifier, avec les centres de services scolaires et les municipalités, les endroits où il y a des développements pour qu’on ne soit pas en retard, pour qu’on ait l’école lorsqu’il y a un ajout d’élèves», a affirmé le ministre. 

Mardi, des médias rapportaient que sept élèves de cinquième année de l’école primaire Saint-Yves, dans le secteur Sainte-Foy, devront changer l’école l’an prochain par manque d’espace. «C’est quelque chose qu’on déplore, on veut éviter ça», a lancé M. Roberge. 

Or quelques années seront nécessaires puisqu’ il n’aurait pas été possible de financer d’un seul coup toutes les demandes d’ajout d’espace dans le réseau scolaire par manque de main d’œuvre, a-t-il expliqué. 

Agrandissements  

Dans la Capitale-Nationale, trois projets d’agrandissements jugés prioritaires par Québec seront financés l’an prochain dans le secteur de Sainte-Foy. 

Une dizaine de classes supplémentaires seront construites à l’école du Campanile et huit locaux s’ajouteront à l’école Saint-Louis-de-France. 

L’école Saint-Yves, où des élèves sont forcés de changer d’école l’an prochain par manque de place, sera agrandie pour y ajouter 13 classes. 

Cette annonce ne règle toutefois pas le manque de place pour la prochaine année scolaire, puisque l’agrandissement ne sera pas prêt avant la rentrée 2022.