/news/currentevents

La GRC veut accuser un Torontois devenu la «voix de l'État islamique»

Bloc GRC

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Mohammed Khalifa, un membre clé de l’État islamique (EI), capturé en Syrie par les forces kurdes soutenues par les États-Unis, en janvier 2019, aurait commis quatre infractions terroristes, d’après un affidavit ultra-secret de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dévoilé, mardi, par Global News.

• À lire aussi: L’Agence de la santé publique du Canada dans l'eau chaude

• À lire aussi: Dorval: une collision sur l’A-20 provoque plusieurs dégâts

• À lire aussi: Décès d’un agent de la GRC: deux individus accusés d’homicide involontaire

L’ancien informaticien de Toronto est toujours détenu en Syrie depuis sa capture et il avait pu être interviewé par la chaîne anglophone en octobre 2019.

Les preuves contre lui comprennent des documents que l'armée américaine a découverts dans la ville syrienne de Raqqa, selon l'affidavit de la GRC.

M. Khalifa aurait été un «soldat combattant», un commandant et un employé du Bureau central des médias de l'État islamique, mais aussi la voix anglophone des vidéos de propagande les plus violentes et incitatives de l'État islamique, révèle l’affidavit signé par un membre de la sécurité nationale, Waleed Abousamak, le 14 novembre 2019. Ce document était sous scellé jusqu’à mardi.

Les détails de l'enquête sont contenus dans un document que la GRC a déposé à la Cour supérieure de l'Ontario pour l’obtention d’un mandat exigeant de Global News qu’elle lui remette les enregistrements de son entretien avec M. Khalifa, paru en octobre 2019.

Global News a contesté l'ordonnance devant le tribunal spécifiant que les enquêteurs de la GRC avaient la possibilité d'interviewer Khalifa eux-mêmes. Or, le juge a statué qu’il s’agissait d’un motif déraisonnable, car la Syrie était trop dangereuse.

La GRC aurait également demandé des renseignements à deux entreprises torontoises où l’homme aurait travaillé, Kelly Services et CompuCom, ainsi qu'au Seneca College de Toronto, où il a étudié, et aux banques Scotiabank et TD, où il détenait des comptes.

M. Khalifa, qui se faisait appeler Abu Ridwan Al Kanadi, a été fait prisonnier à la suite d'une fusillade avec des combattants kurdes il y a plus de deux ans, et il fait partie de plus d'une douzaine d'adultes canadiens toujours détenus par les Kurdes.