/finance/homepage

La pandémie a favorisé la création de PME

Concept of presentation new idea business project.Adult businessman discussing ideas with account director and creative manager in modern office. Wide.

Photo Adobe Stock

Le quart des PME canadiennes actuelles ont été lancées pendant la pandémie de COVID-19, d’après les résultats d’une étude menée par RBC, parue mardi. 

Même que les aspirations commerciales des Canadiens ont atteint leur plus haut niveau en quatre ans. Environ 55 % des Canadiens sondés ont indiqué qu'ils avaient envisagé de lancer une entreprise au cours des 15 derniers moins. C’est 41 % de plus qu'avant le début de la pandémie.

«L'esprit d'entreprise est plus présent que jamais, et les Canadiens voient dans l'entrepreneuriat un choix de carrière viable compte tenu des occasions créées par la pandémie. La création d'emplois ainsi que la reprise et la croissance de l'économie passeront en grande partie par la réussite des entreprises», a mentionné Don Ludlow, vice-président, Partenariats stratégiques et Petites entreprises pour RBC.

La plupart des nouvelles entreprises créées pendant la pandémie appartiennent aux jeunes générations, soit aux milléniariaux et à la génération Z.

Optimisme en affaires

Les participants à l’étude de RBC ont avoué être optimistes quant à leurs chances de réussir en affaires. Pour 58 % d’entre eux, la COVID-19 aurait créé de nouvelles occasions pour les PME et permettrait aux entrepreneurs d’avoir un plus grand contrôle sur leur carrière qu'un emploi conventionnel.

De plus, le soutien apporté par la population aux petites entreprises contribuerait à l’optimisme des entrepreneurs et à la viabilité de leur entreprise. Avec le confinement et les mesures sanitaires, les consommateurs ont, en majorité, choisi d'encourager les petites entreprises locales, que ce soit en personne ou en ligne. Un soutien particulièrement important dans les provinces de l'Atlantique (90 %).

Le désir de se lancer en affaire est le plus fort en Ontario (63 %), en Alberta (62 %) et en Colombie-Britannique (59 %). Au Québec cette envie se situe aux environs de 40 %.

L’étude se base sur un sondage mené par la fine Ipsos Canada du 16 au 19 avril dernier auprès de 2000 adultes canadiens.

Dans la même catégorie