/news/politics

Noyade d’un élève: trop tôt pour envisager de nouvelles directives, selon le ministre Roberge

GEN-JEAN-FRANCOIS-ROBERGE

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, préfère attendre d’en savoir plus sur les circonstances entourant le décès d’un élève qui s’est noyé lors d’une sortie la semaine dernière avant de décréter de nouvelles mesures pour mieux encadrer la baignade dans un contexte scolaire. 

• À lire aussi: Noyade à la base de plein air de Sainte-Foy: la famille du garçon décédé veut des réponses

Interrogé à ce sujet en marge d’un point de presse mardi, le ministre Roberge a indiqué qu’il était trop tôt pour envisager de rendre le port du gilet de sauvetage obligatoire lors de sorties scolaires impliquant des activités de baignade. 

La semaine dernière, un garçon de 10 ans, Daniel Allo, s’est noyé à la base de plein air de Sainte-Foy alors qu’il s’y était rendu avec sa classe, pour une sortie de fin d’année. 

Une enquête du coroner a été ouverte. 

«Je vais laisser les gens faire l’enquête ou l’analyse, et on verra ensuite s’il donner des balises nationales, mais je pense qu’il est trop tôt à ce moment-ci», a affirmé le ministre. 

M. Roberge a affirmé, de manière générale, faire pleinement confiance aux membres du personnel scolaire. «Il est arrivé un drame, à chaque fois qu’il arrive un drame les gens se remettent en question et se demande ce qu’ils peuvent faire de plus et de mieux, mais je ne pense pas qu’on est au moment où on cherche des coupables», a-t-il aussi déclaré.