/news/law

Paul Bernardo reste détenu

Paul Bernardo

Photo d’archives

Le meurtrier et violeur notoire Paul Bernardo vient d’essuyer pour une deuxième fois en moins de trois ans un refus pour une libération conditionnelle.

• À lire aussi: Les plus célèbres condamnés à la prison à vie

• À lire aussi: Comparution de Paul Bernardo pour possession d'une arme

Il a enlevé, violé et tué deux adolescentes, Leslie Mahaffy et Kristen French, en 1991 et 1992.

Détenu depuis 1993, il est éligible à une libération conditionnelle totale depuis 2018. Il s’était vu refuser ce privilège cette année-là, puisque les commissaires jugeaient qu’il n’avait pas montré assez d’introspection.

Ce matin, il a tenté à nouveau de convaincre la Commission des libérations conditionnelles du Canada qu’il a changé.

Il s’est même dit ouvert à prendre une médication pour «neutraliser sa libido», dans un souci de «gérer sa sexualité déviante», a-t-il dit, lors d’une audience virtuelle, où il témoignait en direct du pénitencier de Millhaven, en Ontario.

L’homme aujourd’hui âgé de 56 ans, a passé la majorité de son incarcération en isolement.

En début d’audience, les familles des victimes de Bernardo ont imploré les commissaires de le garder à l’ombre pour le reste de sa vie.

«Nous avons eu à accepter ce qui est arrivé à notre précieuse fille, mais nous ne pouvons et n’allons pas accepter la possibilité que cela arrive à une autre innocente victime des mains du même prédateur», a insisté Donna French, la mère de Kristen.

«Paul Bernardo doit passer le reste de sa vie en détention. La sécurité publique n’en demande pas moins», a fait savoir la mère de Leslie Mahaffy, par l’entremise de l’avocat des familles de victimes, Tim Danson.

Écoutez la chronique juridique avec Nada Boumeftah, avocate en droit criminel et protection de la jeunesse sur QUB radio:

Une des survivantes de Paul Bernardo, qui a été agressée sexuellement, a pour sa part dit espérer qu’il «pourrisse en prison».

«J’aimerais lui pardonner ses crimes mais c’est horrible ce qu’il m’a fait endurer ainsi que ce qu’il a fait à Leslie et Kristen. Il a brisé mon âme en morceaux. Chaque jour de plus qu’il passe à l’ombre est un cadeau», a-t-elle témoigné.

Paul Bernardo est inscrit au registre des criminels dangereux pour les meurtres des deux adolescentes, mais aussi pour avoir violé 14 femmes à Scarborough, en Ontario. Il a aussi été reconnu coupable pour l’homicide involontaire de sa belle-sœur de 15 ans, Tammy Homolka.

Son ex-épouse de l’époque, Karla Homolka, avait aussi participé aux crimes. Elle a conclu une entente avec la Couronne, acceptant de témoigner contre Bernardo à son procès en échange d’accusations réduites. En 1993, elle a été condamnée à 12 ans de détention. Elle est sortie de prison depuis 2005 et vit maintenant dans le Grand Montréal.