/news/society

2020, pire année pour les surdoses au pays

opioìdes

Photo Fotolia

Le Canada a connu, en 2020, sa pire année quant aux surdoses aux opioïdes, depuis que l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a commencé à surveiller cette crise, en 2016.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, et la Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, ont présenté, mercredi, les données sur les méfaits liés aux opioïdes et aux stimulants au Canada.

Ce sont 6214 personnes qui sont décédées l’an dernier en raison d’une surdose d’opioïdes. Quotidiennement, c’est une moyenne de 17 décès et de 14 hospitalisations, a indiqué la ASPC.

En 2021, entre 1 600 et 2 000 personnes pourraient perdre la vie au Canada chaque trimestre, selon les projections de la santé publique canadienne.

La toxicité et l’imprévisibilité accrues de l’approvisionnement en drogues, ainsi que les sentiments exacerbés d’isolement, de stress, d’anxiété et de dépression, en plus de la disponibilité ou l’accessibilité limitée des services sociaux sont des facteurs qui ont contribué à l’essor de cette drogue.