/finance/homepage

Exceldor: proposition de la médiatrice acceptée par la coop

Après plus d’un mois de grève à son usine de Saint-Anselme, dans Chaudière-Appalaches, le transformateur de poulets Exceldor accepte l’hypothèse de règlement de la médiatrice spéciale.

• À lire aussi: Grève chez Exceldor: le syndicat présentera une offre à ses membres

• À lire aussi: La concentration de l’abattage de poulets dénoncée

• À lire aussi: Grève chez Exceldor: le ministre Boulet convoque les parties

  «La direction de la coopérative accepte l’hypothèse de règlement déposée par la médiatrice spéciale. Nous considérons que la balle est maintenant dans le camp des employés syndiqués et nous leur tendons la main pour mettre fin au conflit qui nous occupe», a fait savoir sur Twitter l’entreprise avicole québécoise où sont abattus des millions de poulets chaque année.

Le ministre du Travail, Jean Boulet, était également ravi de la situation.

«Une autre étape franchie dans le conflit chez Exceldor. [...] C’est une bonne nouvelle. Les syndiqués se prononceront en assemblée générale souveraine», a-t-il déclaré sur Twitter.

Mardi soir, le ministre avait convoqué les parties à son cabinet de Québec afin de trouver une solution pour mettre fin à la grève.

La proposition de la médiatrice, dont la teneur n’a pas été précisée, devrait être soumise aux travailleurs au cours des prochains jours.

Au centre du conflit : une augmentation de salaire et de meilleures conditions de travail à l’intérieur de l’usine demandées par les syndiqués échaudés notamment par une éclosion de COVID-19 qui avait compliqué les opérations. Les employés déplorent notamment qu’on ne les ait pas pris en compte alors qu’ils travaillaient davantage pendant cette période.

«Nous espérons vivement que nos membres accepteront l’offre. Ce sera la recommandation du comité de négociations (...) Nous considérons que c’est un bon règlement qui permettrait le retour au travail d’ici la semaine prochaine», a fait savoir la porte-parole du syndicat des TUAC, Roxane Larouche, en entrevue à LCN jeudi après-midi.

Si les syndiqués votent en faveur de l’offre, un retour au travail pourrait se faire rapidement et mettre ainsi fin à la crise du poulet, qui dure depuis maintenant un mois à l’usine de Saint-Anselme et qui a pris une ampleur nationale avec une baisse de l’offre sur les marchés.

Plus d’un million de poulets ont dû être euthanasiés et jetés aux ordures au cours des dernières semaines en raison du conflit de travail.

- avec la collaboration de TVA Nouvelles

Dans la même catégorie