/news/society

Tombes anonymes retrouvées: enquête réclamée pour ce «génocide»

Une enquête complète a été réclamée jeudi par les leaders autochtones après l’annonce de la découverte de 751 tombes anonymes sur le site d’un ancien pensionnat en Saskatchewan.

• À lire aussi: Plus de 750 tombes anonymes découvertes en Saskatchewan

• À lire aussi: Le Canada doit «tirer les leçons du passé», dit Justin Trudeau

«C’est juste le début et nous ne nous arrêterons pas avant de les voir tous trouvés», a soutenu jeudi au cours d’un point de presse le chef de la Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN) Bobby Cameron qui a demandé une enquête sur ce qu’il a qualifié de «génocide».

«Il s’agit d'un crime contre l'humanité, d'une agression contre les peuples des Premières Nations. Le seul crime que nous avons commis étant enfants a été d'être né autochtone», a-t-il ajouté.

Qualifiant les pensionnats de «camps de concentration», il a tenu à dire que le Canada et les Premières nations «devaient travailler ensemble dans un esprit de réconciliation».

«Nous espérons et demandons une enquête publique complètement indépendante pour ce génocide, a-t-il précisé. Nous devons vérifier la cause de la mort.»

La veille, son organisation a créé une onde-choc au Canada et même dans le monde en annonçant que des centaines de corps avaient été retrouvés sur le site de l'ancien pensionnat de Marieval, en activité de 1899 à 1997.

CAPTURE D'ÉCRAN / CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMINEWS / AGENCE QMI

C’est au début du mois que des recherches avec des géoradars ont commencé sur le site de l’institution fréquentée par les membres de la Première Nation de Cowessess et même du Manitoba. Quelque 44 000 mètres carrés ont été analysés notamment par des équipes de la Saskatchewan Polytechnic dans cette première phase.

«Il y a sans doute plus de 600 personnes qui sont ensevelies», a fait savoir le chef de la communauté de Cowessess, Cadmus Delorme, précisant qu’une meilleure estimation sera faite au cours des prochaines semaines. Il a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas de fosse commune.

Ce dernier a dit que 751 tombes anonymes ont été trouvées sur le site, précisant qu'il n’était pas possible de confirmer si toutes les tombes anonymes sont pour les enfants.

«Nous considérons le site comme une scène de crime pour le moment», a-t-il déclaré.

«Un jour il y aura un monument [sur le site]», a-t-il soutenu.

«Le pape doit s’excuser» 

Selon le chef Delorme, les représentants de l’Église catholique ont enlevé des pierres tombales dans les années 60 ce qui fait en sorte que plusieurs des tombes sont anonymes. «Nous allons identifier toutes les personnes que nous pourrons», a-t-il toutefois assuré.

CAPTURE D'ÉCRAN / CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMINEWS / AGENCE QMI

Une des survivantes de cette époque, Florence Sparvier, 80 ans, a expliqué que les parents qui n’envoyaient pas leur enfant au pensionnat allaient en prison. «Ils nous rabaissaient en tant que peuple, alors nous avons appris à ne pas aimer qui nous étions», a-t-elle témoigné jeudi.

Le chef Delorme a aussi clairement fait savoir que «le pape doit s’excuser» soutenant que «les excuses représentent une des étapes dans le processus de guérison».

Quant au chef Cameron de la FSIN qui représente 74 Premières Nations de la Saskatchewan, il a réclamé des changements. «Notre peuple mérite plus que des excuses et de la sympathie. Notre peuple mérite la justice.»

Son collègue Cadmus Delorme a soutenu que le Canada n’intervenait que superficiellement sur de nombreuses blessures, critiquant au passage la lourdeur bureaucratique au sein des gouvernements fédéral et provincial.

Il a plaidé pour une plus grande autonomie des Premières Nations. «Nous sommes assez intelligents pour faire les choses par nous-mêmes. Nous avons assez qu’on nous dise quoi faire et comment faire».

Si vous avez besoin d’aide  

Ligne d’écoute d’espoir pour le mieux-être

1-855-242-3310

https://www.espoirpourlemieuxetre.ca/

Ligne d'écoute téléphonique de Résolution des questions de pensionnats indiens

1-866-925-4419