/news/society

«Les hommes sont moins enclins à chercher de l'aide»

La santé mentale des hommes a été affectée pendant la pandémie, mais ceux-ci sont moins enclins à aller chercher de l'aide, selon une professeure de psychologie. 

«Ce qu’on constate dans la littérature scientifique, c’est qu’il y a beaucoup de barrières à l’accessibilité aux services pour les hommes. Ils perçoivent moins leur utilité, donc ils vont attendre longtemps avant de consulter», explique Janie Houle, professeure au département de psychologie de l’UQÀM. 

«Quand ils vont arriver vers les services, ils vont être en état de crise. Ça peut être particulier, parce qu’un homme en crise peut avoir beaucoup d’agressivité et d’irritabilité», indique Mme Houle. «Le premier réflexe, c’est souvent de dire ''écoutez, calmez-vous ou bien sortez'', ce qui n'est pas la chose à faire.»

Des signes avant-coureurs   

Selon Mme Houle, si l’homme se retire et cesse de voir ses amis, s'il se renferme sur lui-même ou s'il a des comportements irritants comme l’agressivité ou la colère, ça peut être des signes qu'il ne va pas bien. 

Certains vont même aller jusqu'au suicide, mentionne-t-elle.

«Il y a plusieurs éléments qui expliquent que les hommes sont plus nombreux que les femmes à s’enlever la vie. Ils sont moins portés que les femmes à demander de l’aide, ils ont aussi une perception du suicide comme étant une solution», dit Mme Houle. 

Les suicides surviennent souvent après une épreuve comme une perte d’emploi ou une séparation conjugale. 

«Ils ont moins de facteurs de protection pour les aider à passer au travers, d’où l’importance que les services soient bien adaptés à leur réalité et qu’ils poursuivent leurs démarches jusqu’au bout», dit-elle. 

Des outils destinés aux hommes et à leurs proches  

Mme Houle recommande des outils développés pour les réalités masculines. On peut les retrouver sur le site web du Pôle d’expertise et de recherche en santé et bien-être des hommes. Certains sont à l'intention des intervenants, tandis qu'un autre est pour les hommes en difficulté eux-mêmes. Il y en a aussi un qui est à l’intention de leurs proches.

«J’encourage vraiment les hommes qui traversent des moments difficiles à consulter», dit Mme Houle. «Vous pouvez communiquer avec le 811, c’est le service info social qui va pouvoir vous diriger vers les bonnes ressources, et je vous invite à consulter le coffre à outils pour avoir des idées pour traverser un moment difficile.»

Dans la même catégorie