/sports/homepage

Survivre au Lightning et à l’ouragan

Le Canadien a survécu à plusieurs tempêtes depuis le début de la saison. Dominique Ducharme a qualifié son équipe d’une bande de gars un peu fous (crazy bunch of guys). 

• À lire aussi: En freinant le Lightning, le Canadien défie l’histoire

• À lire aussi: Le Canadien en mode survie

Ça prend un brin de folie pour croire à la possibilité de gagner quatre matchs d’affilée contre le Lightning de Tampa Bay, une équipe pratiquement sans faiblesses qui vise une deuxième conquête de la Coupe Stanley en neuf mois.

Au lendemain d’une première étape vers l’improbable ascension, une victoire de 3 à 2 en prolongation et une série maintenant à 1-3, le CH s’est envolé vers Tampa avec une autre crainte dans son rétroviseur : une tempête tropicale baptisée Elsa.

Pour Corey Perry, cet obstacle de plus, même s’il s’agit d’un phénomène naturel et que ça n’a aucun lien avec le hockey, s’inscrit parfaitement dans la route déjà sinueuse de l’équipe cette saison.

« Toute la saison était chaotique, a rappelé Perry. Il y a eu l’interruption de la saison en raison de la Covid-19, des soirs où on ne jouait pas du bon hockey et un peu de tout. Et maintenant on se dirige vers Tampa en sachant qu’un ouragan menace de frapper la ville. »

« Dom (Dominique Ducharme) l’a dit également : on est une bande de gars un peu sautés. C’est agréable comme sentiment. On le fait avec la ville de Montréal au complet derrière nous. Il y a juste deux équipes encore en vie. On rêvait de ça comme enfant. On prend ça un jour à la fois et on a hâte au prochain match. »

« Il n’y a pas de doute qu’il s’agit d’une saison étrange, on a fait face à plusieurs choses inattendues, a renchéri le centre Jake Evans. Mais on parvient toujours à en ressortir puisqu’on forme un groupe uni, on croit en nous. On se battra jusqu’à la fin. »

Le calme du vétéran  

À 36 ans et avec une expérience de 1094 matchs dans la LNH et 166 autres rencontres en séries, Perry a déjà vu neiger, même s’il a joué la grande majorité de sa carrière à Anaheim, en Californie. Il n’a probablement jamais eu à se soucier des répercussions d’un ouragan, mais il a assez de vécu pour aider à calmer ses coéquipiers et accroître la croyance d’un retour de 1-3.

Après une victoire, il y a déjà une étape de franchie. Perry a gagné la Coupe Stanley en 2007 avec les Ducks et il a participé à la finale l’an dernier avec les Stars contre le Lightning.

« Tu regardes les séries en entier, il y a toujours des hauts et des bas, a affirmé le numéro 94. Tu dois juste te concentrer et te préparer pour le prochain match. Tu dois jouer avec la mentalité où tu veux gagner, pas perdre. C’est juste du hockey, je garderai ce message pour les gars. Il faut avoir du plaisir. »

Au cinquième match l’an dernier en finale, Perry avait marqué en deuxième période de prolongation dans un gain de 3 à 2 des Stars contre le Lightning. Il avait ainsi forcé la présentation d’une sixième rencontre. Mais le Lightning avait eu le dernier mot avec un gain de 2 à 0 pour éliminer les Stars en six.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.