/regional/montreal/lanaudiere

Un viaduc à refaire au complet au-dessus de l’autoroute 40

Photo Agence QMI, Simon Dessureault

Un viaduc d’autoroute très achalandé de Repentigny qui montre plusieurs signes de vieillesse et de détérioration importants sera finalement remplacé dans les prochaines années. 

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a confirmé à l’Agence QMI qu’un projet de reconstruction du pont d’étagement Brien – dans l’axe du boulevard du même nom - qui enjambe l’autoroute 40 est en cours de planification.

«Il y a un besoin à moyen terme de reconstruire ce pont au complet», a affirmé Marjolaine Michaud-Grimard, conseillère en communication au MTQ.

Photo Agence QMI, Simon Dessureault

Un contrat pour la préparation d’études complémentaires, de l’avant-projet définitif ainsi que des plans et devis a été attribué en mars dernier par le MTQ à la firme Stantec Experts-conseils.

«Ça va permettre de cibler la meilleure solution pour le remplacement de la structure, a expliqué Mme Michaud-Grimard. Il est cependant trop tôt pour préciser la nature exacte des interventions à venir, l’échéancier des travaux ainsi que le coût du projet.»

La dernière inspection générale du viaduc Brien, construit en 1966, a eu lieu le 13 septembre 2018.

«Corrosion moyenne à très importante jusqu'au sectionnement des fils du mur en gabions [NDLR: casiers de fil métallique devant assurer la stabilité de la construction] à l'est affectant l'efficacité de la protection de façon importante», peut-on lire dans le rapport de 65 pages réalisé dans la foulée de cette inspection.

Photo Agence QMI, Simon Dessureault

«Délaminage, éclatement, armature apparente rouillée à très rouillée et fissures polygonales moyennes. Défauts de matériaux amenant une diminution appréciable de la capacité de support des blocs d'assise», a-t-il aussi été inscrit.

On parle également dans le rapport de «fragments de béton à sécuriser».

Une autre inspection de ce pont sera réalisée d’ici la fin de l’année en cours.

«Des travaux d’entretien régulier de la structure pourraient être effectués au besoin d’ici la réalisation du projet de reconstruction», a mentionné Mme Michaud-Grimard lorsque nous l’avons contactée.

L’endroit est très achalandé, avec, selon le MTQ, près de 30 000 véhicules qui y circulent chaque jour, dont 7 % de camions.

Dans ce dossier, la Ville de Repentigny est responsable de tous les éléments relevant de la gestion de la circulation (chaussée, trottoirs, dispositifs de retenue, drainage et éclairage), alors que les éléments structuraux du viaduc relèvent du MTQ.

«Le pont Brien est en fin de vie depuis longtemps, il est complètement en pièces, si on peut dire ça comme ça», a pour sa part affirmé Éric Chartré, conseiller municipal de l’équipe actuelle de la mairesse Chantal Deschamps et candidat à la mairie aux élections de novembre prochain.

D’autres travaux

Cette situation survient au moment où une autre structure du même secteur a aussi besoin d’une réfection d’envergure, soit le pont Rivest (aussi dans l’axe du boulevard Brien), au-dessus de la rivière L’Assomption, qui relie la partie sud de Repentigny à sa partie nord, soit le secteur de Le Gardeur. Ce pont est aussi très achalandé alors que la ville s’est énormément développée ces dernières années.

Photo Agence QMI, Simon Dessureault

M. Chartré a mentionné qu’il y avait une coordination à faire avec le MTQ pour la réalisation des travaux sur le viaduc et le pont situés à quelques centaines de mètres seulement l’un de l’autre sur un axe routier central. Alors que le viaduc Brien doit être remplacé, le pont Rivest va être élargi de deux à quatre voies.

«On ne peut pas refaire ces deux infrastructures en même temps», a affirmé M. Chartré.

Les travaux sur le pont Rivest ont été entamés cette année et la livraison des quatre voies est prévue pour 2023.

Jean Langlois, conseiller municipal à l’opposition à Repentigny, à qui nous avons aussi parlé, a rappelé pour sa part que des travaux sont également prévus sur un pont de L’Assomption (juste à l’est de Repentigny) et de Charlemagne (juste à l’ouest).

«Le réseau routier, ici, c’est le capharnaüm total», a-t-il déploré.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.