/news/coronavirus

L'utilisation du passeport vaccinal dans les commerces soulève des questions

Si la situation de COVID-19 s’envenime à l’automne, le gouvernement du Québec pourrait avoir recours au passeport vaccinal avec le code QR. 

Cette preuve vaccinale deviendrait alors primordiale pour entrer dans les commerces non essentiels comme les gyms, les bars et restaurants, les salles de spectacle et les matchs sportifs. 

Le passeport vaccinal rentrerait en vigueur après le 1er septembre et ce, seulement si la situation l’exige. Cette mesure supplémentaire est un bon filet de sécurité pour l’économie, selon Marc Fortin, président du Conseil canadien du commerce de détail. 

«Ça va permettre aux commerçants et aux restaurateurs de rester ouverts tout en ayant certaines restrictions à respecter», explique M. Fortin. «Toutes les mesures du lavage de mains, des masques, des plexiglas, du nettoyage, tout va rester en place, mais par contre, les gens pourront rentrer.»

Le passeport vaccinal éviterait les lignes à l’extérieur des magasins. «Les gens n’auront plus besoin d’attendre, donc pour le service à la clientèle et pour les affaires, c’est beaucoup mieux», explique-t-il.

Cependant, la gestion du code QR cause des soucis. L’exécution pourrait être compliquée, tant au niveau du personnel que des citoyens, comme les personnes âgées sans téléphone intelligent. 

«Ça pourrait devenir compliqué», dit-il. «On travaille avec le gouvernement pour savoir comment ces détails-là vont être mis en place. On leur dit qu’il faut que ça reste simple à utiliser et à gérer. On ne va pas commencer à jouer à la police dans les magasins ou à l’ouverture des magasins.»

Pénurie de main-d’oeuvre    

La pénurie de main-d’œuvre est un véritable fléau dans les milieux de la restauration et du commerce du détail, que ce soit des petites ou des grandes entreprises. 

«Tout le monde a le même problème. Au niveau de la main-d’œuvre, c’est problématique», note M. Fortin. «On a vu plusieurs commerçants de grandes enseignes québécoises qui se sont mis sous la protection de la faillite. Les gens ont retroussé leurs manches. Ils ont négocié avec les différents fournisseurs et les différents bailleurs pour les locaux», explique-t-il.

M. Fortin note que les périodes d’ouverture et de fermeture à répétition ont eu un impact sur la rétention des employés, qui ne savaient plus à quoi s’attendre. 

La pénurie de main-d’œuvre inquiète aussi pour la gestion du code QR. «Si on est pris avec quelqu’un à la porte qui s’occupe de la ligne, c’est un employé de moins pour servir les clients ou pour gérer le magasin», note M. Fortin. 

Une mesure pancanadienne    

Le passeport vaccinal est une initiative québécoise, mais Marc Fortin croit que cette mesure devrait s’appliquer à l’ensemble du Canada. 

«On risque d’avoir des gens de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick qui viennent au Québec, et ces gens-là vont avoir besoin d’aller acheter de la nourriture, d’aller au restaurant, comment on va les gérer? Ça fait partie des détails qui restent à fignoler aussi.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.