/news/coronavirus

Ottawa donnera 17,7 millions de doses d'AstraZeneca

Fort de 3 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 en surplus, le Canada fera don de 17,7 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca aux pays plus vulnérables.

Ces 17,7 millions de doses s’ajoutent au maximum de 100 millions de doses promises par le Canada lors du G7, qui s’est déroulé au début du mois de juin. Le pays a donné 13 millions de doses en date de lundi.

Ce don se fera par l’entremise de l’initiative COVAX, chapeauté par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré lundi la ministre de l’Approvisionnement Anita Anand.

Le Canada devait initialement bénéficier de ce programme, mais comme il est en surplus, il les redistribuera.

Étant donné que le pays a misé sur les vaccins à ARN-messager produits par Pfizer et Moderna, les vaccins d’AstraZeneca, dont la distribution a été semée d’embûches depuis le début de l’année en raison d’effets secondaires rares, mais néfastes, ont été boudés par le gouvernement et même par une partie de la population.

Ottawa a aussi annoncé le lancement d’une campagne, intitulée #GiveAVax, pour encourager les Canadiens à faire don à l’UNICEF dans son effort de vaccination à travers le monde. Chaque don effectué au pays sera égalisé par Ottawa, jusqu’à concurrence de 10 millions $.

La ministre Anand a fait remarquer que 44 millions de doses de Moderna et 51 millions de doses de Pfizer sont toujours attendues d’ici la fin septembre au pays en vertu des contrats actuels.

Les pays du G7 cumulent une avance marquée sur les autres pays dans l’effort de vaccination. Ensemble, ceux-ci avaient promis de remettre 2 milliards de doses à travers le monde.

En date de lundi, 42 millions de doses ont été administrées au Canada. Ainsi, 79 % de Canadiens éligibles au vaccin ont reçu une première dose, alors que 49 % en ont reçu une deuxième.

Trop peu pour le NPD  

L’effort canadien pour aider les autres pays à combattre la COVID-19 a été vivement critiqué par le NPD, pour qui le pays en fait trop peu.

Par rapport à l’objectif de 100 millions de doses, la députée néodémocrate Heather McPherson estime que le pays est «encore bien loin du compte». «Et on ne sait toujours pas quand ça se fera. Si les gens doivent attendre encore plusieurs années avant de se faire vacciner, cette pandémie perdurera encore longtemps», a-t-elle déclaré par communiqué.

La porte-parole du NPD en Développement international a aussi réitéré sa critique voulant que le gouvernement de Justin Trudeau n’ait pas renoncé aux brevets sur les vaccins, une approche qui pourrait permettre la production à plus grande échelle de vaccins dans le monde.

«Il choisit de protéger les profits des sociétés pharmaceutiques qui gagnent des milliards de dollars pendant que des variants continuent de se développer. Cela n'a aucun sens: ni sur le plan de la santé publique ni sur le plan économique; plus les gens attendent les vaccins, plus la reprise économique sera longue», a-t-elle lancé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.