/news/society

Pensionnats autochtones: plus de 160 nouvelles tombes anonymes retrouvées en Colombie-Britannique

AGNES CHAPSAL/24 HEURES/AGENCE QMI

Plus de 160 tombes non documentées et non marquées ont été retrouvées près de l’ancien pensionnat autochtone de Kuper Island, en Colombie-Britannique, a annoncé la Première Nation Penelakut.

• À lire aussi: Lancement des travaux d’un foyer pour les femmes autochtones à Montréal

• À lire aussi: Assemblée des Premières Nations : RoseAnne Archibald élue cheffe nationale

• À lire aussi: Pensionnats autochtones: le NPD réclame un procureur spécial

«Au nom de la tribu Penelakut, de la chef Joan Brown, du conseil et des aînés, nous vous invitons à vous joindre à nous pour sensibiliser le public à l’école industrielle de l’île Kuper et pour confirmer l’existence de plus de 160 tombes non documentées et non marquées sur nos terres et dans l’estran», a indiqué la communauté autochtone dans un communiqué publié jeudi.

Entrevue avec Alain Pronkin, Spécialistes des religions 

«Nous comprenons que beaucoup de nos frères et sœurs des communautés voisines ont fréquenté l’école industrielle de Kuper Island. Nous reconnaissons également, avec beaucoup de chagrin et de perte, que trop d’entre eux ne sont pas rentrés chez eux», a poursuivi la Première Nation Penelakut.

Il ne s’agit pas de la première découverte de sépultures anonymes dans la province. À la fin mai, les restes de plus de 200 enfants autochtones ont été découverts près d’un pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique. Plus de 180 autres tombes avaient également été localisées fin juin près de l’ancien pensionnat St. Eugene, à Cranbrook.

Plus de 750 tombes non identifiées avaient par ailleurs été retrouvées sur le site d’un autre ancien pensionnat autochtone en Saskatchewan.

La communauté de Penelakut a par ailleurs annoncé la tenue d’une «Marche pour les enfants» qui aura lieu le 2 août prochain à Chemainus, sur l’île de Vancouver, alors que plusieurs cérémonies seront organisées le 28 juillet et le 4 août.

«Nous sommes à un autre moment où nous devons faire face au traumatisme causé par ces actes de génocide. Chaque fois que nous le faisons, il est possible de guérir un peu plus», ont souligné les représentants de la Première Nation.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.