/news/coronavirus

Entré à l'hôpital pour une fracture, il y meurt de la COVID-19

Une Française demande des comptes au gouvernement Macron après la mort de son père qui aurait contracté la COVID-19 à l’hôpital où il était soigné pour une simple fracture.

• À lire aussi: Pass sanitaire généralisé et vaccin obligatoire pour les soignants en France

• À lire aussi: Ruée sur les vaccins après les annonces de Macron

Johanna Cohen-Ganouna estime que le gouvernement aurait dû imposer la vaccination du personnel hospitalier depuis bien longtemps.

«J’ai beaucoup de colère et de tristesse», a-t-elle confié à l’agence de presse Reuters cette semaine.

Le 13 mars dernier, son père, Fabien Cohen-Ganouna, a été admis dans un des hôpitaux de Paris pour une fracture de la hanche.

Bien que vacciné, il était à risque de contracter la COVID à cause d’un système immunitaire affaibli en raison d’une transplantation du foie.

Testé à plusieurs reprises pendant son hospitalisation, l’homme de 76 ans aurait reçu un test positif le 12 avril.

Malgré les soins, il est décédé le 2 mai.

Selon Mme Cohen-Ganouna, son paternel aurait contracté la maladie d’un membre du personnel puisqu’il ne pouvait pas recevoir de visite et qu’il se trouvait seul dans sa chambre.

Interrogé par Reuters, le gouvernement français n’a pas voulu réagir.

Du côté de la direction des hôpitaux de Paris, on affirme qu’une rencontre avait été proposée à la famille du malade, mais que cette dernière avait refusé.

L’avocat de Johanna Cohen-Ganouna, Me Benjamin Fellous, a écrit au premier ministre Jean Castex en affirmant que le retard pris pour obliger à la vaccination du personnel hospitalier a mis la vie du père de famille en danger.

La cause pourrait être amené devant un tribunal administratif si pas d’entente financière dans les prochains mois.

Rappelons que le gouvernement français a rendu cette semaine la vaccination obligatoire pour tous les soignants et personnel hospitalier.