/news/law

Walmart condamné pour atteinte à la vie privée d’enfants

WalMart

Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Une mère de Sept-Îles dont les enfants se sont retrouvés à son insu dans un calendrier publicitaire d’un Walmart a obtenu gain de cause contre le géant américain, qui devra lui verser près de 14 000 $.

« L’utilisation de l’image d’une personne sans son consentement constitue une atteinte à la vie privée », a dû rappeler la juge Vicky Lapierre, qui écorche au passage Walmart pour n’avoir même pas daigné se présenter au procès.

L’affaire a commencé en mai 2017, quand la femme voulait faire imprimer un calendrier avec des images de ses enfants, prises plus tôt par une photographe professionnelle. Sauf que juste avant de payer, elle a réalisé que le produit final ne serait pas prêt à temps.

« [La famille] retire la clé USB de l’appareil, repart avec et en aucun temps ne consent à l’utilisation de ces photographies par Walmart », explique la magistrate dans son récent jugement.

Mauvaise surprise

L’histoire aurait dû prendre fin à ce moment-là, sauf que deux ans plus tard, la grand-mère des enfants les a reconnus sur un calendrier bien en vue dans le commerce.

« La préposée lui explique que ce calendrier n’est pas en vente, mais qu’il s’agit d’un modèle, pour des fins commerciales, explique la juge. Elle ne sait pas pour quelle raison ce calendrier se trouve à effectivement être le modèle commercial. »

Ainsi, n’importe quel client pouvait consulter le calendrier, et ce, même si à aucun moment les parents n’avaient donné leur consentement à l’utilisation de ces images, de surcroît prises par une professionnelle.

Vie privée

Pour la mère, qui accorde une grande importance à la protection de l’image et de la vie privée de ses enfants [qui ne sont d’ailleurs sur aucun réseau social], dénonce cette utilisation totalement illégale de ces photos.

« Le calendrier consiste en 13 photographies qui comprennent toutes des images des enfants de la demanderesse, peut-on lire dans le jugement. Sur les images, les enfants sont facilement identifiables et plusieurs photos représentent des gros plans de leur visage. Les parents s’inquiètent du nombre de personnes qui ont pu prendre connaissance du calendrier et ainsi observer leurs enfants. Leurs enfants n’ont jamais fait de publicité. »

Pour la juge, il était clair que Walmart avait commis une faute qui se devait d’être punie, d’autant plus que l’entreprise a utilisé ces images en catimini, sans jamais prévenir la mère des enfants.

Ainsi, Walmart devra payer 4500 $ pour chacun des trois enfants, ainsi que 209 $ pour les frais de justice.

Durant les procédures, le géant américain n’a présenté aucune contestation et n’a envoyé aucun représentant pour le défendre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.