/regional/quebec/quebec

Université Laval: un accès privilégié aux vaccins pour les étudiants de 18 à 30 ans

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale multiplie les options pour vacciner le maximum de jeunes de 18 à 30 ans d’ici la rentrée scolaire, cette fois-ci en leur offrant un couloir privilégié d’accès à sa clinique de l’Université Laval.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: 239 cas s'ajoutent au bilan du Québec

«La carte étudiante devient le passeport vers la vaccination», a insisté en point de presse lundi matin la responsable de la campagne vaccinale du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Patricia McKinnon.

Ce nouveau corridor de service accéléré sans rendez-vous permettra aux étudiants de se présenter à la clinique de l’Université Laval et d’y être vaccinés immédiatement, dès lundi. L’initiative vise l’atteinte de la cible du 75 % chez les 18-30 ans, seule tranche d’âge où elle n’a pas été atteinte à Québec.

«On est à 73% pour eux [en première dose]. C’est environ 2000 personnes dans toute la région de Québec à aller chercher pour qu’ils reçoivent le plus rapidement possible leur première dose et ensuite la deuxième pour arriver à la rentrée scolaire pleinement vaccinés à 75 %», explique Mme McKinnon.

Photo Stevens Leblanc

Jusqu’à la rentrée 

Cette nouvelle alternative s’adresse donc aux 18-30 ans qui sont titulaires d’une carte étudiante valide d’un Cégep ou d’une université. Et pas seulement de Québec.

«Un étudiant qui habite ici, mais qui étudie à McGill, à l’UQAM, à Chicoutimi, dans le Bas-du-Fleuve, qu’ils viennent se faire vacciner. On a des doses, ils ont leur carte étudiante, il n’y a pas de problème», souligne la gestionnaire, précisant que la seule preuve demandée est cette carte étudiante.

Le contexte de la rentrée qui approchera rapidement favorise aussi ce type d’initiative. Plusieurs jeunes viendront s’installer autour des campus collégiaux et universitaires au cours des prochaines semaines.

«On roule jusqu’à la rentrée comme ça et s’il faut continuer au-delà de la rentrée parce qu’on voit que ça continue, on va être là», assure Patricia McKinnon, ajoutant aussi que l’horaire, de 6h à 20h30 pouvait être facile pour les jeunes.

Photo Stevens Leblanc

«Régulièrement, le soir ici, on a des jeunes qui viennent fêter au Pub Universitaire et on va les solliciter parce qu’il reste des doses. En faisant la promotion [de cette initiative], ça va être tangible pour eux et avant d’aller prendre leur bière au pub ce soir après le match de baseball ou de soccer, ils pourraient venir prendre un petit Moderna ou un petit Pfizer.»

Et qu’adviendrait-il d’une «non-atteinte» de ce fameux objectif de 75% chez les 18-30 qui sont aux études? Le CIUSSS laisse cette décision au gouvernement, mais rappelle que les cours en présentiel pourraient être en jeu.

«Le ministère l’a bien dit. Si on veut être en présentiel sans les contraintes liées aux mesures sanitaires, il faut atteindre le 75 %.»

Vaccin-O-Bus 

D’autre part, le CIUSSS a confirmé que son Vaccin-O-Bus poursuivait sa tournée des événements estivaux avec un passage au Festif de Baie-Saint-Paul le weekend prochain. Des effectifs seront d’ailleurs ajoutés pour maximiser les possibilités à cet endroit.

«On pourrait avoir une capacité de 200 doses par jour au Festif», indique Patricia McKinnon.

Lors du Festival d’Été de Québec en formule réduite, le bus vaccinal du CIUSSS a fait trois apparitions, vaccinant en moyenne 90 personnes chaque fois, dont «15% de gens en première dose».

Le CIUSSS prévoit aussi augmenter sa présence dans les parcs de la Capitale-Nationale dans les prochaines semaines avec des équipes mobiles de vaccination. Trois de ces équipes sillonneront les parcs de Québec, alors qu’une sera présente dans Portneuf et une autre dans Charlevoix.

«On veut aller dans les espaces où on sait que les gens sont et vacciner ces gens qui pique-niquent ou qui se promènent sur la Promenade Samuel-de-Champlain. [...] On a une ville qui se prête à ça avec une bonne proportion de gens qui vivent près du centre-ville et plusieurs parcs», fait remarquer la responsable de la vaccination.