/regional/saguenay

Déluge du Saguenay : après avoir tout perdu, il a reconstruit au même endroit

Claude Bouchard, résident de Laterrière en 1996, a vu le toit de sa maison frapper le pont qui relie le portage nord et le boulevard Talbot à la sortie du Parc des Laurentides. Une image qui a été reprise par de nombreux médias pour illustrer le déluge du Saguenay.

• À lire aussi: Une meilleure gestion des barrages depuis le déluge du Saguenay

• À lire aussi: Comment se fait-il que cette maison ait résisté?

• À lire aussi: Ce qui s’est produit était «inimaginable»

25 ans plus tard, l’homme a rebâti sa demeure au même endroit et souhaite y rester toute sa vie.

«Je ne changerais pas de place et je veux mourir là», affirme sans hésitation à Michel Jean lors de l’émission spéciale mardi à LCN.

En espace de quelques heures, il a vu la rivière sortir de son lit et emporter tout sur son passage. Il a eu seulement quelques minutes pour évacuer son domicile avec sa femme et ses trois enfants en laissant derrière lui des souvenirs, mais également son animal de compagnie.

«Je n’avais jamais imaginé que la rivière allait monter de 28 pieds de haut parce que j’avais un chien qui était attaché à l’endroit le plus haut de mon terrain et il est mort noyé, c’était très triste quand nous sommes revenus au bout de cinq jours», explique le résident de Laterrière.

Il a quitté sa maison le samedi matin un peu après 10h et dès le soir sa maison baignait dans la rivière.

«Il ne pouvait pas s’évader et personne ne pouvait aller le chercher . Ils l’ont entendu hurler, mais pauvre bête, il est mort au bout de sa fin, noyé», mentionne Claude Bouchard.

Malgré ce cauchemar, il a décidé d’y retourner avec sa famille pour y poursuivre sa vie.

«Je me suis reconstruit au même endroit et j’ai pris toutes mes précautions et je suis bien content de me retrouver là et aujourd’hui je n’ai pas peur», raconte l’homme qui avait 39 ans lors du déluge du Saguenay.

Claude Bouchard pense encore à cette journée qui a changé sa vie, mais il en tire de belles leçons.

«Une chose que je vais me rappeler durant tous mes jours, c’est que dans la vie il nous arrive des épreuves chaque jour et il va en arriver encore et encore, mais il faut prendre son temps parce qu’il va toujours avoir une lumière au bout du tunnel», explique le résident de Laterrière.

Comme la plupart des citoyens de cette région, Claude Bouchard est résilient face à ce déluge qui a bouleversé leur vie. 

«Je pense que je suis encore plus fort que je l’étais. Mes enfants ont vieilli de 25 ans aussi. Je suis toujours très attaché à ma famille et mes enfants. Je pense que c’est ça qui me tient le plus. Les maisons c’est du matériel. Nous n’avons pas eu de morts ni de blessés. On s’en est sorti et on est plus fort aujourd’hui», souligne-t-il.