/regional/sherbrooke/estrie

Des résidents permanents d'un camping forcés de déménager

Des résidents permanents du camping Aztec de Granby, en Estrie, devront plier bagage d’ici 2022, a tranché le tribunal administratif du logement.

Christine Tardif était convaincue qu’elle et son conjoint ne pouvaient être évincés parce qu'ils habitent leur maison depuis 27 ans. Ce n'est malheureusement pas le cas.

Ils sont propriétaires et paient un loyer pour le terrain qu'ils occupent à l'année, au camping Aztec.

Le nouveau propriétaire du site de villégiature a décidé de reprendre les terrains pour les convertir et les utiliser. Il dit vouloir y accueillir des roulottes et véhicules récréatifs saisonniers.

Trois mois de loyers et des frais de déménagement, c'est la seule compensation à laquelle les évincés auront droit pour l'instant, a appris TVA Nouvelles, mardi.

Ils devront démolir leur maison à leurs frais.

Mme Tardif et son conjoint n’ont pas les moyens de la déménager et les terrains qui peuvent accueillir les maisons mobiles sont rares.

Véronique Champagne qui s'est établie au Camping Aztec en permanence il y a 11 ans est dans le même bateau que le couple.

Elle devra elle aussi quitter d'ici mai 2022, alors que les logements abordables se font tout aussi rares.

Trois propriétaires sur neuf bénéficient d'une exemption parce qu'ils sont âgés de plus de 70 ans, qu'ils y habitent depuis plus de 10 ans et qu'ils sont à faibles revenus. Ils sont 25 propriétaires a avoir contesté l’avis d’éviction reçue en octobre 2019.

Ils sont 19 toujours en attente d’un jugement et craignent le pire. Certains ont investi des dizaines de milliers de dollars et risquent de perdre énormément d'argent s'ils n'ont pas gain de cause. L’hypothèque restera à rembourser.

Ils espéraient qu'une entente conclue en 2012 avec les précédents propriétaires du camping les protège de toute éviction, mais ce n'est pas le cas.

Les avocats des propriétaires déboutés entendent s'adresser au Tribunal afin de demander que leur soient accordées, des compensations financières à la hauteur des dommages qui leur sont causés.