/regional/troisrivieres/mauricie

Le doyen des maires prend sa retraite

Le doyen des élus municipaux du Québec, le maire Lucien Mongrain, prend sa retraite de la politique à l’âge de 89 ans après quatre décennies à la tête de Trois-Rives, en Mauricie.

Le maire de la petite municipalité d’environ 450 habitants, située entre Shawinigan et La Tuque, serait bien demeuré en poste, mais M. Mongrain éprouve des problèmes de santé depuis le printemps dernier.

«Si le médecin me dit qu'il faut que je me repose et qu'il me rentre à l'hôpital, je vais aller à l'hôpital», a-t-il indiqué depuis son domicile.

Lucien Mongrain aura siégé pendant 40 ans. Il avait été élu pour la première fois à titre de maire de la municipalité récemment créée de Trois-Rives en 1981 alors que Pierre-Elliot Trudeau et René Lévesque étaient premiers ministres. Il aura remporté en tout dix élections, dont sept par acclamation.

Malgré son âge avancé, il s'était constamment refusé au cours des derniers mois à fermer définitivement la porte à un retour aux élections municipales de novembre prochain.

«Si je vais me présenter et que je fais une erreur, que ça coûte 10 000 $ ou 15 000 $ à la municipalité , j'aime autant rester chez nous», a-t-il tranché en faisant allusion au risque, advenant sa réélection, de ne pouvoir terminer son mandat et de forcer la tenue d'une élection partielle.

«Ça nous fait quelque chose parce qu'on avait un bon maire», a notamment commenté un citoyen croisé par TVA Nouvelles.

«On va perdre un bon maire, avec les années qu'il nous a données», a renchéri un autre citoyen.

Le maire du village voisin comprend la décision. «L'expérience de M. Mongrain, c'était quelque chose. C'est quelque chose, aujourd'hui, de mener ça les municipalités», a souligné Guy Dessureault, maire de Saint-Roch-de-Mékinac.

Lucien Mongrain n'a pas siégé au conseil municipal depuis avril dernier. Malgré la durée de son absence, les élus pourraient décider, lors de la prochaine séance du conseil municipal, de le maintenir tout de même en fonction jusqu'à la fin de son mandat.