/finance/homepage

Maskicom veut se restructurer pour éviter la faillite

Bloc ordinateur

Photo Fotolia

L’organisme à but non lucratif Maskicom, aux prises depuis de nombreux mois avec de grandes difficultés, a proposé, mardi, à ses créanciers de restructurer ses activités.

• À lire aussi: La pandémie conduit une mère monoparentale jusqu’à la faillite

• À lire aussi: Le G20 Finances analyse la taxation des multinationales

• À lire aussi: Une poignée d’imprévus peut suffire à vous plonger dans le pétrin financier

Si la proposition est acceptée par les créanciers, la faillite de l'organisme de télécommunication, qui offre un service d’internet dans la MRC de Maskinongé, pourra être évitée.

D’ici là, le service pour les abonnés actuels de Maskicom sera maintenu, mais la construction du réseau et les nouveaux branchements seront interrompus.

«La cible de septembre 2022 fixée par le gouvernement Legault pour que tous les foyers soient branchés ne pourra pas être atteinte par Maskicom dans l’état actuel des choses, ce qui explique la suspension du versement des subventions gouvernementales», a indiqué Robert Lalonde, président de Maskicom.

«Conséquence de cette suspension et des maintes difficultés rencontrées avec nos principaux sous-traitants, nous n’avons malheureusement pas le choix de réduire nos activités au minimum, le temps que nos discussions avancent avec le gouvernement et que des décisions soient prises pour compléter le projet avec l’aide de nouveaux intervenants», a ajouté M. Lalonde.

L’organisme à but non lucratif Maskicom a été créé par douze municipalités de la MRC de Maskinongé afin de fournir Internet haute vitesse aux zones orphelines de la région, jusqu’alors ignorées par les géants des télécommunications.

À l’heure actuelle, Maskicom compte environ 800 abonnés. Le projet devait à l’origine être complété en mars 2021 et compter plus de 4000 abonnés, mais l’échéance a été repoussée à quelques reprises en raison notamment des difficultés rencontrées pour l’obtention des permis d’utilisation des poteaux.

Depuis le début du projet, les gouvernements ont versé près de 8 millions $ en subventions à Maskicom.