/regional/sherbrooke/estrie

Une nouvelle infection transmise par les tiques en Estrie

Une nouvelle infection transmise par la tique à pattes noires, la même qui transmet la maladie de Lyme, vient d'être répertoriée dans le secteur de Bromont.

• À lire aussi: Les tiques : petites mais dangereuses

• À lire aussi: Attention aux tiques dans la Belle Province cet été

• À lire aussi: Une fillette de 4 ans piquée par une tique à Saguenay

Six cas d'anaplasmose ont été confirmés par les autorités. Il s'agit du premier agrégat du genre en Estrie et même au Québec. La maladie se traite avec des antibiotiques, mais les symptômes peuvent être désagréables.

«C'est de la fièvre que l'on rencontre dans presque 100% des cas, explique le Dr Philippe Martin, microbiologiste et infectiologue au CIUSSS de l'Estrie-CHUS. On peut ressentir également des douleurs aux muscles et aux articulations. Bref, on a vraiment l'impression de ne pas bien se sentir.»

Contrairement à la maladie de Lyme, l'anaplasmose ne cause pas de rougeur.

Parce que le diagnostic n'est pas facile à poser, les autorités de la santé recommandent aux gens de ne pas hésiter à consulter un médecin s'ils ressentent ce type de symptôme. Seuls des tests en laboratoires peuvent confirmer qu'il s'agit bel et bien de l'anaplasmose.

Et si vous trouvez une tique sur vous, votre animal ou ailleurs, n'hésitez pas à la photographier et à l'inscrire sur l'application eTick.ca. Cette plateforme publique, conçue ici en Estrie, permet de suivre l'évolution de la tique sur notre territoire, mais aussi partout au pays.

Jade Savage est l'instigatrice du projet. Elle est aussi professeure en Sciences biologiques à l'Université Bishop's.

«Au niveau de la tique à patte noire, on en voit un petit peu plus chaque année dans des régions comme Québec, l'Abitibi. Des régions qui sont un peu plus au nord de Montréal. Mais on n'a pas encore suffisamment de données longitudinales, donc dans le temps, pour dire qu'on peut faire des prédictions sur comment elle évoluera.»

Rappelons que l'Estrie est la région qui compte le plus de cas déclarés de maladie de Lyme depuis le début de l'année.

Sur les 83 cas déclarés au Québec entre le 1er janvier 2021 et le 10 juillet 2012, 33 sont en Estrie et 23 en Montérégie.