/news/coronavirus

Japon : déjà des contaminations dans la population à cause des Jeux olympiques?

Le sombre nuage de la COVID-19 plane plus que jamais sur les Jeux olympiques de Tokyo 2021, alors que le pays enregistre des records de nouvelles infections quotidiennes, et que la tenue de l’événement sportif serait même déjà responsable de la transmission de cas. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Jeux de Tokyo : annulés au dernier moment?

Selon le professeur auxiliaire à Temple University Japan, le Québécois Benoit Hardy-Chartrand qui réside au Japon depuis cinq ans, les Japonais sont loin d’avoir le cœur à la fête, et la majorité aurait nettement préféré un report de l’événement. 

«On ne sent aucune fébrilité. Il n’y a aucun signe nulle part qu’il y a des Olympiques en ville! Dans certaines parties de la Ville, il y a certaines bannières... Chez les gens, quand on leur parle, on sent très peu la fièvre olympique à 48 heures de la cérémonie d’ouverture», observe M. Hardy-Chartrand en entrevue sur les ondes de LCN. 

«Dans les circonstances actuelles avec le variant Delta, il n’y a pas d’appétit pour les JO», ajoute-t-il. 

Depuis un an, l’opposition est grandissante dans la population face aux JO. Certains sondages montrant une opposition allant jusqu’à 80%. 

Déjà des contamination olympiques? 

Par ailleurs, les Japonais demeurent craintifs face à l’arrivée massive de plus de 70 000 athlètes, journalistes et représentant de médias de divers pays chez eux. 

«On parle de records tous les jours avec le variant Delta qui fait des ravages à Tokyo et plus loin dans la région. En plus des cas de COVID-19 dans la population générale, de plus en plus d’infections sont déclarées dans le bulle olympique, [79] jusqu’à présent», précise M. Hardy-Chartrand.

«Même des bénévoles [sont infectés]. C’est à peu près certain qu’il y a eu des infections dans la population, dans le grand public à cause des Jeux olympiques. Il y a vraiment un écart entre ce que les autorités disent et ce que la population voit très bien», note le Québécois. 

Le Japon qui devait redorer son image de puissance mondiale grâce aux Jeux olympiques, surtout après le tsunami dévastateur de 2011, doit plutôt se contente d’un événement en pleine crise sanitaire, sans les retombées économiques et sans festivités. 

Au Japon, le bilan quotidien des tests effectués depuis le 1er juillet sur les personnes travaillant sur les Jeux (sportifs, encadrements, médias) affichaient mercredi 79 cas positifs, sur plus de 20 000 personnes testées, dont 8 concernent des sportifs.

Parmi les malheureux, une taekwondoïste chilienne et une skateboardeuse néerlandaise, les premières sportives présentes au Japon à devoir renoncer aux JO.

Dans la même catégorie