/news/culture

Pas encore le retour à la normale

SPE-FESTIVAL JUSTE POUR RIRE-CARTE BLANCHE-LAURENT PAQUIN

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Qui d’autre que Laurent Paquin pouvait donner le coup d’envoi des Soirées Carte Blanche, mardi soir, dans le cadre de la 39 édition de Juste pour rire ? À l’animation d’un spectacle pour une 18e année de suite, l’humoriste s’est encore une fois montré très efficace, même si les numéros de ses invités ont été plutôt inégaux.

On se demandait de quoi aurait l’air le retour des Soirées Carte Blanche, anciennement les fameux galas, à la Salle Wilfrid-Pelletier en temps de COVID. Après un bref passage l’an dernier au St-Denis, devant des gradins pour la plupart vides, le festival retrouvait une partie de son public mardi.

En raison des plus récents changements dans les mesures sanitaires, environ 750 personnes pouvaient prendre place dans la salle, en respectant la distanciation. Le premier spectacle commençait une demi-heure plus tôt que les années précédentes, à 18 h. Le second était quant à lui prévu pour 21 h, avec une liste différente d’invités.

Dans le passé, les humoristes avaient souvent souligné à quel point le premier gala de 18 h 30 manquait d’ambiance, les spectateurs étant souvent plus tranquilles que ceux de fin de soirée. Mardi, probablement parce que les spectacles se sont faits très rares depuis un an et demi, les festivaliers se sont montrés très bruyants et généreux, servant une ovation à chacun des humoristes qui quittait la scène. Malgré, on doit l’admettre, que ce ne sont pas tous les comiques mardi qui en méritaient une. 

Après un monologue d’introduction très solide, où il a abordé la tolérance, Laurent Paquin a présenté son premier invité, Simon Delisle. Récemment couronné grand gagnant de l’émission Le prochain stand-up, Delisle s’est avéré l’un des plus drôles de la soirée en riant notamment des complotistes. 

Manque de punch  

Les invités qui ont suivi, Stéphane Fallu (sur l’infidélité), Sylvain Larocque (sur l’intimidation), Korine Côté (sur le corps humain) et Marylène Gendron (sur les surnoms) n’ont quant à eux rien cassé. Eddy King, sur la vaccination, a heureusement relevé le niveau en toute fin de spectacle.

Juste pour rire avait beaucoup de contraintes pandémiques pour livrer ses Soirées Carte Blanche. Force est d’admettre qu’il reste encore du chemin à faire avant de retrouver la normalité du festival d’avant.


Les Soirées Carte Blanche se poursuivent mercredi soir, à 18 h et 21 h, à la Salle Wilfrid-Pelletier, avec Rosalie Vaillancourt à l’animation. Simon Gouache (jeudi) et le tandem Jean-Thomas Jobin et Rita Baga (vendredi) suivront.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.