/news/currentevents

270 kg de cocaïne importés par voilier: deux résidents du Bas-Saint-Laurent accusés

Deux individus de Baie-des-Sables, au Bas-Saint-Laurent, ont comparu mercredi en lien avec la découverte de 270 kg de cocaïne évaluée à plus de 30 M$, l’année dernière sur un voilier à Halifax.

Magella Raymond, 70 ans, et Josée Caisey, 60 ans, font face à des accusations d'importation et de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic, a indiqué la GRC par communiqué.

Ils ont comparu par vidéoconférence hier devant la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse et ont été libérés sous conditions.

Défaut de s’identifier 

L’affaire remonte au 17 juillet 2020 lorsque l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) déclenche une enquête sur un voilier provenant des Caraïbes qui ne lui a pas déclaré son arrivée au Canada.

Des agents des Opérations maritimes de l’ASFC ont ensuite intercepté le navire à un club nautique de la région d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 18 juillet.

Pendant l’examen du navire, les agents ont découvert environ 270 kilos de cocaïne dissimulée à divers endroits du navire. L’ASFC estime la valeur de cette saisie à environ 33,8 millions de dollars.

Écoutez l'entrevue de l'avocate Nada Boumeftah avec Vincent Dessureault sur QUB Radio: 

Mules 

Les deux personnes à bord du navire, Magella Raymond et Josée Caisey, ont alors été arrêtés et confiés à la GRC avec la drogue.

La GRC indique que les accusés auraient accepté de transporter cette importante quantité de drogue des Caraïbes jusqu’au Canada.

La GRC du Détachement de Québec a mené l’enquête, assistée par le Détachement du Bas-Saint-Laurent.

Communauté sous le choc 

À Baie-des-Sables, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Magella Raymond était à l’emploi de la municipalité l’hiver dernier. 

Lors de son passage à Baie-des-Sables, TVA Nouvelles a rencontré l’accusée, Josée Caisey, qui a refusé de donner une entrevue, mais a toutefois clamé son innocence, assurant «qu’elle ne savait pas que cette drogue se trouvait à bord».

Les accusés comparaîtront de nouveau par vidéoconférence devant la cour provinciale de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, le 20 août prochain. 

C’est à ce moment que l’on saura s’ils plaident coupables ou non. 

- avec Vanessa Limoges, TVA Nouvelles