/regional/saguenay

Les plus jeunes sur le marché du travail pour combler la pénurie de personnel

La pénurie de personnel force les commerçants à embaucher de la main-d'œuvre de plus en plus jeune. Une solution qui est cependant temporaire, mais efficace, selon les employeurs.

• À lire aussi: La pénurie de main-d'oeuvre est frappante à Magog

• À lire aussi: Vacances de la construction: une pénurie de main-d’œuvre touche l’industrie touristique

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre: des centres de services Desjardins fermés

Tristan est âgé de 14 ans et il travaille au dépanneur Sagnipro de son quartier depuis quatre mois.

«Mon père a commencé à travailler jeune et il voulait que moi aussi, je commence à travailler jeune», a expliqué Tristan Tremblay. On lui a confié diverses tâches, dont la mise en place des étagères. «J'ai eu 2-3 jours de formation, depuis j'ai commencé à travailler, c'est un peu répétitif, je fais les mêmes tâches, mais ça se passe bien», a confirmé le jeune travailleur.

Dans la pharmacie Uniprix de la rue Racine, l'employé le plus jeune a 15 ans. «Je trouve que je suis capable de faire mon travail même si je suis jeune. Il y a des clients qui trouvent que je suis jeune, mais je trouve ça plaisant et je peux faire le même travail que quelqu'un de plus âgé», a affirmé Étienne Émond.

Au Carrefour jeunesse-emploi, on le constate cette hausse. Les jeunes sont plus nombreux à souhaiter intégrer le marché du travail.

«On remarque que certains jeunes viennent accompagnés de leurs parents dès l'âge de 13-14 ans. C'est beaucoup plus fréquent qu'avant. Les employeurs sont beaucoup plus ouverts comme il manque de personnel. Les employeurs sont beaucoup plus conciliants, au niveau de la formation aussi, ils donnent plus de temps et les jeunes sont plus accueillis», a assuré la coordonnatrice du Carrefour jeunesse-emploi de Chicoutimi, Alexandra Lebreton.

Cette solution est un bon moyen de palier à la pénurie de main-d'œuvre. «On s'ajuste, on a réussi à trouver des employés pour respirer un peu, mais plus jeunes. On en a une employée de 14 ans. C'est une belle relève», a expliqué le propriétaire de Rodrigue le Bottier, Alain Tremblay.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.