/news/coronavirus

Sur le point d’être intubés, des patients implorent de recevoir le vaccin

Des patients atteints de la COVID sur le point d’être intubés implorent d’être vaccinés, mais il est malheureusement trop tard. C’est la triste réalité racontée par une docteure qui œuvre à l’hôpital Grandview Medical Center à Birmingham, en Alabama, aux États-Unis. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: COVID-19: la chanteuse de l'hymne national pour Tampa lutte pour sa vie

Dans un témoignage poignant qu’elle a écrit sur Facebook, elle incite les gens à se faire vacciner avant qu’il ne soit trop tard, rapporte de nombreux médias américains. 

«J'admets à l'hôpital des jeunes en bonne santé atteints de la forme grave de la COVID. L'une des dernières choses qu'ils font avant d'être intubés est de me supplier de recevoir le vaccin. Je leur tiens la main et leur dis que je suis désolée, mais qu’il est trop tard», écrit la Dre Brytney Cobia.

Lorsqu’elle doit parfois annoncer un décès à des proches, elle tente de leur expliquer l’importance de la vaccination, et de les raisonner. 

«Ils pleurent. Et ils me disent qu'ils ne savaient pas. Ils pensaient que c'était un canular. Ils pensaient que c'était une affaire politique. Ils pensaient que parce qu'ils avaient un certain groupe sanguin ou une certaine couleur de peau, ils ne tomberaient pas gravement malades. Ils pensaient que c'était «juste une grippe». Mais ils avaient tort. Et ils aimeraient pouvoir revenir en arrière, mais ils ne peuvent pas. Alors ils me remercient et ils vont se faire vacciner. Et je retourne à mon bureau, j'écris les avis de décès et je dis une petite prière pour que cette perte humaine serve à sauver plus de vies», ajoute-t-elle dans son message. 

Aux États-Unis, la vaccination est au ralenti dans plusieurs États, dont le Mississippi, l’Alabama, l’Arkansas, notamment, et où des enfants sont désormais atteints par la maladie. 

Inquiète de voir s'enliser la campagne de vaccination au moment même où la propagation du variant Delta provoque une recrudescence de cas, la Maison-Blanche a nettement durci le ton la semaine dernière contre les groupes derrière les réseaux sociaux , leur demandant de lutter davantage contre la propagation de fausses informations. 

Écoutez l'entrevue du chercheur en immunologie à la faculté de médecine de l’Université de Montréal, André Veillette, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio: 

Dans la même catégorie