/regional/montreal/montreal

Un historique d'événements violents à Montréal

Les résidents de l'arrondissement Saint-Léonard sont à nouveau ébranlés. Quelques semaines après le meurtre d’une jeune adolescente de 15 ans, la tentative d’assassinat dans ce petit café ajoute à la peur.

• À lire aussi: Assassinat raté: une victime innocente blessée dans un café italien

• À lire aussi: Assassinat raté au Café Sorrento : le propriétaire assure que son commerce est «clean»

• À lire aussi: Morte en voulant aider

«Oh, mon Dieu! C'est moins de sécurité maintenant. On n'est pas à l'abri. C'est dur un peu. On a des balles perdues. C'est une balle perdue, ça, là», mentionne un résident du quartier.

Les résidents sont bien conscients du niveau de sécurité.

«On dirait qu'on vit dans un film ici, à Saint-Léonard. Je trouve qu'il n'y a vraiment pas une bonne relation entre les jeunes et la police, et ça, c'est vraiment un truc à améliorer», mentionne un jeune citoyen.

Simplement au mois de juillet, Montréal compte une douzaine d'incidents impliquant des armes à feu. De ce nombre, deux sont morts et cinq autres ont été blessés, tous dans des incidents séparés. Dans le sud-ouest, un homme a été retrouvé mort dans une voiture, et deux jours plus tard, un homme bien connu des milieux policiers a été abattu en pleine rue dans Montréal-Nord.

«Si on ne veut pas finir l'année avec un chiffre qui est très alarmant, avec un chiffre qui pourrait encore une fois baisser le sentiment de quiétude de la part de nos citoyens et citoyennes. Il faut arrêter de désarmer la police, arrêter de parler définancement, et au contraire ne pas attendre après Québec, et donner tous les outils nécessaires à notre gendarmerie», explique Abdelhad Sari, commissaire sur la sécurité publique à la ville de Montréal.

Ces incidents ravivent de douloureux souvenirs liés à la guerre des motards, alors qu'un enfant avait perdu la vie.

«Je ne dirais pas qu'il y a une sensation de peur, mais je dis juste que c'est des trucs qu'on pourrait éviter. Surtout qu'on est au Canada puis que beaucoup de gens ici viennent de communautés étrangères, de l'immigration. Ils ont vécu la violence au loin. Et s'ils la revivent ici, c'est vraiment dommage», dit un citoyen.

Depuis le début de l'année, le SPVM a saisi près de 500 armes à feu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.