/news/currentevents

De nouveaux éléments dans l'enquête de la disparition de Mélissa Blais

De nouveaux éléments ont été trouvés dans le dossier de disparition de Mélissa Blais en 2017 à Louiseville, en Mauricie, et la Sûreté du Québec (SQ) aurait en sa possession les objets pour analyse.

• À lire aussi: Disparition de Mélissa Blais: les égouts de Louiseville passés au peigne fin

• À lire aussi: Une marche pour commémorer la disparition de Mélissa Blais

• À lire aussi: Deux ans sans nouvelle de Mélissa Blais

La mère de famille s’est volatilisée dans la nuit du 1er au 2 novembre 2017 et ni son véhicule ni ses effets personnels n’ont par la suite été retrouvés.Aucun indice connu du public n’avait été découvert durant ces quatre années, jusqu’à il y a deux semaines.

Des objets d’intérêt à l’enquête auraient ainsi été retrouvés près du dernier endroit où le cellulaire de Mélissa Blais aurait émis un signal, à l’ancien centre communautaire de Louiseville et se situeraient près de la Petite rivière du Loup.

«Le crédit va à l’un de nos bénévoles, qui conduit souvent des recherches par lui-même», a révélé le président de Meurtres et disparitions irrésolus du Québec, Stéphane Luce, dont l’organisme collabore avec la famille et la SQ depuis quelques années sur le dossier.

Pour ne pas nuire à l’enquête, la nature des objets n’a toutefois pas été divulguée. 

Sur l’un des murs du centre communautaire abandonné, un graffiti avec l’inscription «J’aime - avec un cœur - MB» y est visible, des initiales qui ont fait réagir la famille alors que la signature n’est que très peu lisible.Malgré les découvertes, la famille est toujours en attente de réponses de la part de la police provinciale.

«Ils ont pris les objets en tant que tels et ils vont faire l’évaluation», a affirmé la belle-sœur de Mélissa Blais, Sylvie René.

Très peu d’informations sur les avancements de l’enquête sont transmises à la famille depuis quatre ans.

«Ils ne vont pas nous appeler pour nous dire qu’ils trouvé telle ou telle affaire. On s’en attendait, mais pour nous autres, peu importe le dénouement des trouvailles qu’on a faites, si ça peut amener à quelque chose pour eux autres, tant mieux. Le but c’est de trouver Mélissa», a lancé la demi-sœur de la disparue, Manon St-Pierre.

Lors d’une rencontre au mois de mai entre la famille et la SQ, il aurait été appris qu’un nouvel enquêteur aux homicides aurait été ajouté au dossier, en plus d’un autre aux crimes contre la personne.

«C’est sûr qu’ils ont de quoi de nouveau, ils ne mettent pas ça parce qu’il fait beau dehors», s’est exclamée Manon St-Pierre.

 Écoutez l'entrevue d'Alexandre Dubé avec François Doré, policier à la retraite et spécialiste en affaires policières, sur QUB radio:

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, particulièrement touché par la disparition, a lancé un cri du cœur vendredi matin.

«Un moment donné après quatre ans, ça prend quelqu’un qui parle. Une femme ou un homme, s’il vous plait, libérez-vous. Libérez-vous de ce secret empoisonné», a-t-il déclaré.

«C’est sûr qu’il y a quelqu’un qui sait quelque chose», a assuré le président de MDIQ.

Des activités de recherche se poursuivront d’ailleurs sur la rivière Saint-Maurice les 20 et 21 août prochains pour tenter de retrouver des indices, a confirmé M. Luce.

En attendant de nouveaux avancements, la famille a imploré quiconque qui aurait des informations concernant la disparition de Mélissa Blais de communiquer avec la SQ.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.