/news/society

Hôpitaux: fermé pour l’été faute de personnel

Urgences, obstétrique, chirurgies, soins à domicile : des dizaines de services médicaux ne sont pas offerts à la population aux quatre coins du Québec cet été, a répertorié Le Journal.

• À lire aussi: Taux d’occupation à 200% : les urgences vivent le pire depuis des années

• À lire aussi: Urgence de Gatineau : La fermeture partielle pourrait s’étirer jusqu’à la mi-septembre

La population québécoise subit cet été de lourdes conséquences du manque d’employés dans le réseau de la santé. Des femmes doivent accoucher loin de la maison, des malades devront attendre pour être opérés et des patients aux soins intensifs devront être transférés dans un autre hôpital, faute de lit disponible.

« Il ne faut pas être malade ces temps-ci, réagit Paul Brunet, président du Conseil de la protection des malades. Je peux comprendre qu’on veuille donner une pause (aux employés), mais on n’a pas arrêté de payer nos impôts. »

La fermeture de l’urgence de l’hôpital de Gatineau à la fin juin a fait grand bruit et suscité beaucoup d’inquiétude. Or, ce bris de service est loin d’être isolé, montre la recension du Journal (voir tableau). Une liste qui n’est pas compilée au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Pas qu’en région éloignée  

Si les bris surviennent généralement en zone éloignée durant l’été, 13 régions font pourtant face à des fermetures cette année.

Par exemple, les hôpitaux de Châteauguay et de Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, transfèrent à l’occasion des femmes à Montréal pour accoucher. À Laval, jusqu’à cinq salles d’opération sur 11 seront fermées. 

« C’est une année hors du commun », constate Cindie Soucy, présidente du syndicat des professionnelles en soins (FIQ) du Bas-Saint-Laurent. C’est sûr qu’il y a des conséquences sur la population qui doit se déplacer plus loin pour avoir des soins. »

La pénurie de personnel infirmier est au cœur de ces fermetures, qui varient de quelques jours à plusieurs mois. À cela s’ajoutent 2000 lits d’hôpitaux fermés cet été, en raison de la pandémie ou pour permettre aux employés de prendre leurs vacances. Résultat: plusieurs services ne peuvent simplement plus être offerts.

« C’est clairement pire cet été, constate aussi Jean-Sébastien Blais, président du syndicat des infirmières (FIQ), en Abitibi-Témiscamingue. Les heures supplémentaires obligatoires (TSO) n’ont jamais été aussi élevées. »

Écoutez la revue de l'actualité de Danny St Pierre et Carl Marchand sur QUB radio:

Par ailleurs, plusieurs services ne tiennent qu’à un fil, même à Montréal, selon plusieurs employés.

« Ça tient parce que c’est TSO sur TSO. Autrement, il n’y a plus de services. [...] Ça devient catastrophique », dit Françoise Ramel, présidente du syndicat des professionnelles en soins (FIQ) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

À l’urgence de l’hôpital de Joliette, le syndicat des infirmières déplore que les quotas [de personnel] aient été revus à la baisse.

«On devrait fermer, ce serait plus sécuritaire. On veut offrir des services, mais à quel risque ? Quand l’urgence fonctionne avec huit employés en moins, ça n’a plus de bon sens», dit Patrice Morneau, agent syndical de la FIQ-Lanaudière.

La direction répond que « lors d’un manque d’effectifs, nous évaluons les ratios selon l’intensité des soins aux patients afin de s’assurer de donner des soins sécuritaires », écrit la porte-parole Pascale Lamy.

Suivis de près  

D’ailleurs, Paul Brunet craint des drames.

« À travers le Québec, on abandonne des soins. On va perdre du monde, c’est clair. »

Le MSSS assure que les services sont suivis de près cet été « étant donné la situation fragile dans plusieurs milieux ». Lorsqu’un bris de service est inévitable, un plan de contingence doit être envoyé au MSSS pour minimiser les impacts. 

Ruptures de services cet été         

Le Journal a répertorié les diminutions ou bris de services dans le réseau de la santé au Québec cet été. Certaines fermetures sont ponctuelles, et pourraient varier selon le personnel disponible. D’autres ruptures pourraient aussi être ajoutées à cette liste, puisque des établissements n’avaient pas une liste complète au moment de publier. 

1. MONTRÉAL   

  • 6 salles d’opération fermées à Maisonneuve-Rosemont        
  • 1 salle d’opération fermée à Santa Cabrini        
  • 2 salles d’opération fermées à LaSalle (19 au 30 juillet)                

2. MONTÉRÉGIE   

Hôpitaux de Valleyfield et Châteauguay  

  • Blocs opératoires ouverts à 50 %        
  • Des accouchements prévus transférés à Montréal        
  • Les enfants qui nécessitent une hospitalisation sont transférés à l’hôpital de Montréal pour enfants        
  • CLSC Richelieu à Belœil : ouvert de 8 h à 18 h (plutôt que 20 h)        
  • Hôpital du Haut-Richelieu : baisse des examens d’imagerie                

3. LAVAL   

  • Fermeture de 3 à 5 salles d’opération sur 11 jusqu’au 29 août à la Cité-de-la-Santé        
  • Fermeture de 2 salles d’endoscopie sur 7 jusqu’au 8 août                

4. CAPITALE-NATIONALE  

Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec   

  • Une salle d’hémodynamie fermée sur 4        
  • 2 salles de chirurgie fermées sur 8                

5. ESTRIE   

  • Urgence de l’hôpital de Coaticook ouverte de 8 h à 18 h (14 juillet au 16 août)        
  • Fermeture d’une unité de médecine spécialisée à l’hôpital Fleurimont (Sherbrooke)                

6. OUTAOUAIS  

Hôpital de Gatineau  

  • Urgence ouverte à tous entre 8 h et 18 h et réservée la nuit (femmes enceintes, enfants, urgences en santé mentale)        
  • Cliniques externes et d’endoscopie ouvertes à 50 %          

Hôpital de Hull   

  • Cliniques externes, d’endoscopie et d’orthopédie ouvertes à 50 %                

7. LAURENTIDES   

  • Rivière-Rouge : pas de soins intensifs (2 lits fermés)        
  • Hôpital de Lachute : bloc opératoire fermé (1 salle)        
  • Saint-Jérôme : 3 salles d’opération fermées sur 9 (jusqu’en septembre)        
  • Saint-Eustache : 4 lits fermés sur 10 aux soins intensifs        
  • Saint-Eustache : 3 salles d’opération fermées sur 7 (jusqu’au 9 août)                

8. MAURICIE-CENTRE-DU-QUÉBEC   

  • Fermeture de 12 des 27 salles d’opération (dans toute la région)                

9. ​ABITIBI-TÉMISCAMINGUE  

Ville-Marie  

  • Service d’obstétrique fermé (29 avril dernier au 1er août)        
  • Fermeture du bloc opératoire et des soins intensifs à quelques reprises durant l’été        
  • Réduction des lits à l’unité multiclientèle et en santé mentale à l’hôpital de La Sarre        
  • Réduction des soins à domicile partout jusqu’au 12 septembre        
  • Blocs opératoires ouverts partiellement aux hôpitaux d’Amos, de Rouyn-Noranda et de Val-d’Or                

10. BAS-SAINT-LAURENT   

  • Fermeture des soins intensifs de Matane (5 juillet au 7 septembre)        
  • L’urgence de Mont-Joli ferme à 16 h au lieu de 20 h la fin de semaine (3 juillet au 29 août)                

11. SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN   

  • Fermeture de l’obstétrique à Dolbeau-Mistassini une fin de semaine sur deux (depuis novembre 2020)                

12. CÔTE-NORD   

  • Pas de garde infirmière de nuit au soutien à domicile à Sept-Îles        
  • Pas de soins de santé courants au CLSC de Sacré-Cœur (19 au 22 juillet)                 

13. NORD-DU-QUÉBEC   

  • Chibougamau : pas d’obstétrique du 20 au 27 juillet        
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.