/news/coronavirus

«Pingdemic»: une application liée à la COVID «paralyse» l’Angleterre

Une nouvelle application de traçage implantée en Angleterre afin d’indiquer aux utilisateurs qu’ils doivent s’isoler parce qu’ils ont été en contact avec une personne déclarée positive à la COVID-19 «paralyse» une partie du pays. 

• À lire aussi: L'épidémie de cas contact assombrit l'été des restaurateurs

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Une Québécoise qui réside à Londres, Karine Langlois, explique comment le système fonctionne. 

Tous les résidents doivent s’enregistrer dans cette application du service de santé anglais. En entrant dans un lieu public, comme le transport en commun ou un restaurant, chaque personne doit scanner un code à l’aide de l’application. 

Si un utilisateur a contracté la COVID-19, toutes les personnes qui se trouvaient au même endroit dans un même laps de temps reçoivent une notification, appelée «ping», et doivent se placer en isolement. 

«C’est 10 jours à partir du moment où la personne a été testée positive, donc ça peut varier de 10 ou un peu moins», raconte Karine Langlois. 

L’utilisation de l’application et la période d’isolement sont obligatoires et des amendes salées peuvent être imposées s’ils ne sont pas respectés. 

Cette application de traçage, mais surtout l’obligation de se placer en isolement qui en est assortie, a des impacts négatifs dans plusieurs domaines. 

«Le transport public, c’est un des endroits très affectés parce qu’en Angleterre, à Londres par exemple, tout le monde se fie sur le métro ou le train, et il y a des lignes qui ont dû fermer parce que les gens ne pouvaient pas se présenter au travail pour opérer les lignes de train. À l’épicerie, il y a des étagères vides. À l’école il y a des professeurs aussi, alors ça affecte vraiment tous les domaines de la société», affirme la Québécoise. 

Hausse des cas

Le pays, qui a assoupli ses mesures sanitaires le 19 juillet, est aux prises avec une recrudescence des cas de COVID-19, notamment en raison du variant Delta. 

Cette hausse du nombre de personnes déclarées positives jumelée à l’obligation de s’isoler contribue à faire tourner les choses au ralenti dans le pays. 

«Je pense que tout le monde est en train de trouver ça très difficile, parce que, des fois, on ne sait pas vraiment pas où on a été en contact avec une personne, on a juste transité par un lieu ou il y avait une personne, alors ça devient compliqué», témoigne Karine Langlois. 

Des exemptions ont d’ailleurs dû être mises en place dans certains domaines. 

«Comme ça devient compliqué, ils ont donné des exemptions pour le service de la santé, par exemple, pour que les infirmières et autres membres du personnel puissent se présenter parce que ça paralyse beaucoup trop la société et les gens sont de plus en plus tannés de ça», soutient-elle. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.