/news/society

Changements climatiques : «Le pire est peut-être encore à venir»

Les phénomènes météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquents et intenses partout dans le monde, et pourraient bien le devenir encore plus dans les prochaines dizaines d’années.

• À lire aussi: Un avertissement de smog en vigueur en Mauricie

• À lire aussi: Inondations : 180 morts en Allemagne, selon un nouveau bilan

• À lire aussi: Glissements de terrain en Inde: 44 morts, des dizaines de disparus

Le météorologue Gilles Brien explique que ces prévisions sont réalisées à l’aide de modélisations, et que cette augmentation en fréquence et en intensité est prévue depuis les années 80. 

«Là le problème, c’est que les modèles climatiques ne sont pas assez puissants pour capter des phénomènes qui sont très localisés», constate l’expert. 

Il poursuit en expliquant que les inondations en Allemagne et en Chine sont de représentations de ces incidents extrêmes, tout comme les vagues de chaleur des récentes semaines. 

«Là les experts s’inquiètent. On réalise peu l’impact et l’amplitude de ces changements climatiques», affirme Gilles Brien. 

Repenser les villes 

«On aurait besoin de revoir complètement la manière dont on construit nos maisons, nos routes», croit le météorologue. 

Pour lui, le fait que plusieurs personnes ne croient pas aux changements climatiques freine les changements et ralentit le processus d’adaptation. 

«Le premier problème c’est que les changements climatiques ce n’est pas seulement dans le pôle Nord avec les ours polaires. C’est dans nos vies, c’est au quotidien. Malheureusement, le pire est peut-être à venir encore», craint Gilles Brien.

*Visionnez l'entrevue complète de Gilles Brien dans la vidéo ci-dessus*

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.