/finance/homepage

Des journaux livrés aux quatre coins du Québec... avec des boissons et des sucreries

GEN

PHOTO COURTOISIE

Le dernier distributeur de journaux à parcourir la plupart des routes aux quatre coins du Québec est en train d’assurer sa pérennité en ajoutant d’autres produits de consommation dans les camions de ses livreurs.

Fondé en 1965 par Pierre Péladeau dans la foulée de la création du «Journal de Montréal», Messageries Dynamiques est en effet devenu le seul distributeur à parcourir tout le Québec, sept jours sur sept, de l’Abitibi à la Gaspésie, de la Côte-Nord au Saguenay jusque dans les coins les plus reculés des Cantons-de-l’Est ou de la Beauce, en passant par les rues des plus grandes villes. Cela lui permet aujourd’hui de distribuer autre chose que des publications.

C’est ce qu’a confié Dominic Payette, directeur général de l’entreprise, à l’Agence QMI, jeudi. La filiale de Québecor qui distribue plusieurs titres de journaux et de magazines, dont bien sûr «Le Journal de Montréal» et «Le Journal de Québec», mais aussi «The National Post» et «The Gazette», aimerait accroitre jusqu’à 25 % la distribution d’autres produits.

«Nos 220 camionneurs et 1000 camelots parcourent 22 000 kilomètres quotidiennement. C’est unique au Québec et cela fait l’affaire de nouveaux clients qui peinaient à trouver leur place sur les tablettes des dépanneurs aux côtés des grandes marques qui ont leur propre réseau de distribution», explique M. Payette.

C’est ainsi que Messageries Dynamiques a commencé à distribuer, il y a quelques semaines, les boissons énergisantes ToroMatcha et les coffrets de sucreries La boîte à bonbons. Cela permet à l’entreprise d’augmenter ses revenus, bien que 90 % de son chiffre d’affaires provient toujours de la distribution de publications.

Une chance aux Québécois   

«Il y a plusieurs joueurs québécois à qui ça va profiter. Il existe plusieurs excellents produits québécois qui ont besoin de se faire mieux distribuer. Je pense aux excellentes microbrasseries par exemple, ajoute M. Payette. La boîte à bonbons et ToroMacha sont deux très belles jeunes entreprises qu’une meilleure distribution à grande échelle va sans doute propulser.»

L’entreprise a conservé les clients avec lesquels elle faisait déjà affaire, comme les marchés d’alimentations, les pharmacies et les dépanneurs qui représentent plus de 7000 points de vente un peu partout dans la province.

Le papier n’est pas mort   

Bien que beaucoup de joueurs aient quitté le bateau de la distribution de journaux imprimés, notamment en raison de la prédominance du web, le directeur général de Messageries Dynamiques reste convaincu de son créneau. Même que certains journaux, comme «Le Journal de Québec» qui a toujours un compétiteur de papier le samedi, connaissent un regain et voient leurs ventes croître, note Dominic Payette.

«On croyait dans les années 1990 que le cinéma allait mourir avec la sortie des films en VHS et en DVD, mais le cinéma est pourtant toujours bien vivant, illustre-t-il. Le monde a changé ses habitudes. C’est ce qu’on vit avec le papier. Mais il y aura toujours de nouveaux éditeurs qui sortiront de nouveaux magazines papier.»

D’ici la fin de l’année, Messageries Dynamiques aimerait assurer la distribution pour deux autres entreprises avec qui elle négocie des ententes. La première est une entreprise de vitamines et l’autre, une compagnie d’importation de produits qui s’adressent à une clientèle de dépanneur et qui lui permettrait d’avoir une panoplie de produits à distribuer auprès de ses détaillants et de ses sous-distributeurs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.