/finance/homepage

Des méga-commandes d’alcool pour continuer à boire après minuit

Les propriétaires de bars déplorent que les règles mises en place par le gouvernement Legault concernant l’heure à laquelle ils doivent cesser de vendre de l'alcool et fermer leurs portes créent un contexte «dangereux». 

• À lire aussi: Les tenanciers de bars veulent rester ouverts plus longtemps

• À lire aussi: Des ventes en baisse pour les restos et les bars en mai

Présentement, les bars doivent cesser la vente d’alcool à minuit et doivent fermer leurs portes à 2h du matin. 

Plusieurs tenanciers soutiennent que ces règles créent notamment des problèmes d’excès et de surconsommation d’alcool. 

Certains racontent que des clients passent des «méga-commandes» d’alcool à 23h45 pour être certains d’en avoir assez jusqu’à la fermeture du bar à 2h du matin. 

«Les gens consomment plus vite, ils ont plus de "drinks", donc étant donné qu'ils en ont plus devant eux, ils veulent battre le temps, donc là, c'est rendu comme un genre de "beat the clock"», dénonce Manny Vides Jr, propriétaire de deux bars.

Une situation qui pourrait créer des problèmes, selon la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec. 

«En ce moment, il n’y a pas eu encore d’accidents graves, mais avec l’alcool, c’est dangereux. Depuis des années, on offre des cours à nos employés de service responsable, mais là, avec ces règles-là, on ne peut pas les appliquer, c’est trop dangereux», explique Renaud Poulin, PDG de la corporation. 

Toby Lyle, propriétaire de trois bars, confirme que certains clients deviennent agressifs lorsqu’on leur annonce qu’ils ne peuvent pas acheter de l’alcool après minuit. 

«Ça commence à être agressif. Ils sont habitués à boire jusqu'à 3h du matin. À minuit, ils sont fâchés», témoigne-t-il. 

Ces mesures créent aussi une situation difficile pour le recrutement du personnel, en pleine pénurie de main-d’œuvre, puisque les serveurs ne font pas de pourboire entre minuit et 2h du matin. 

«C'est pas "fair" pour mon staff non plus de rester là jusqu'à 2h, 2h30 le matin pour faire la fermeture quand il y a pas de monde, il y a pas de pourboire, il y a rien», soutient Toby Lyle.

La Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec a fait parvenir une lettre au directeur national de la santé publique dans les derniers jours.

Faute de réponse, l’organisme compte revenir à la charge dès lundi pour exiger des ajustements aux règles. 

«On va forcer les discussions, parce que c’est important», déclare Renaud Poulin. 

- d'après les informations d'Andy St-André

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.