/regional/montreal/lanaudiere

Un coup d’éclat d’antimasques tourne au vinaigre

François Amalega Bitondo s’est fait arrêter jeudi pour la seconde fois par les policiers lors d’une action devant le Canadian Tire de Joliette.

Photo tirée de Facebook, Action Coordination

François Amalega Bitondo s’est fait arrêter jeudi pour la seconde fois par les policiers lors d’une action devant le Canadian Tire de Joliette.

Un commerce de Joliette a dû appeler en renfort des policiers deux jours de suite cette semaine pour expulser des militants antimasques qui voulaient faire un coup d'éclat, si bien que l’un d’eux est maintenant accusé au criminel. 

François Amalega Bitondo, un leader du mouvement contre les mesures sanitaires, s’est rendu vendredi au palais de justice de Joliette. Il devait comparaître pour quatre accusations déposées contre lui cette semaine. 

COVIDIOT - CANADIAN TIRE

Photo tirée de Facebook, Action Coordination

Selon la Sûreté du Québec (SQ), M. Amalega Bitondo s’est joint à une dizaine de manifestants antimasques qui ont tenté de magasiner dans le Canadian Tire de Joliette sans couvre-visage, toujours obligatoire, mercredi. 

Les policiers ont rapidement expulsé le groupe. Ce groupe a ensuite manifesté jusqu’à jeudi dans le stationnement du commerce, tout en filmant son triste spectacle, sous le regard des policiers qui le surveillaient. 

COVIDIOT - CANADIAN TIRE

Photo tirée de Facebook, Action Coordination

«Il a été arrêté et libéré mercredi avec une promesse de comparaître et il a eu une accusation pour avoir troublé la paix. Jeudi, il a encore essayé de rentrer dans le Canadian Tire sans masque, alors qu’il n’avait pas le droit d’y retourner. Il a donc été arrêté une seconde fois», explique le lieutenant Benoît Richard, de la SQ. 

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) confirme au Journal que François Amalega Bitondo a été libéré vendredi sous promesse de comparaître à nouveau le 15 septembre prochain. D’ici là, il lui est interdit de se rendre au Canadian Tire de Joliette et de communiquer avec la direction de l’entreprise. 

Geste dénoncé 

COVIDIOT - CANADIAN TIRE

Photo tirée de Facebook, François Amalega

Éric Martel, directeur général du Canadian Tire ciblé, dénonce vivement l’action menée par ce groupe devant son commerce. 

«Empêcher d’honnêtes employés de desservir les clients, c’est déplorable. Chambranler toute la communauté de Joliette pour absolument rien, ce l’est aussi. Ils peuvent faire leurs revendications par écrit au gouvernement», gronde-t-il. 

COVIDIOT - CANADIAN TIRE

Photo tirée de Facebook, François Amalega

Dans des vidéos publiées sur Facebook, plusieurs citoyens consternés par cette scène demandaient carrément aux antimasques de quitter l’endroit. 

«Vous n’avez vraiment rien de mieux à faire?» a lancé au groupe un conducteur découragé par le rassemblement de jeudi.

COVIDIOT - CANADIAN TIRE

Photo tirée de Facebook, Action Coordination

«Scandaleux»  

Jean-François Belleau, directeur des relations gouvernementales au Conseil canadien du commerce de détail, demande à ceux qui s’opposent aux règles sanitaires de s’adresser à l’Assemblée nationale et de ne pas s’en prendre aux entreprises. 

«C’est quand même scandaleux de voir que certains groupes puissent, de facto, s’en prendre à un commerçant qui fait simplement respecter les lois et les règlements du gouvernement», critique M. Belleau. 

«Pour moi, c’est comme si des gens s’en prenaient à un restaurateur pour défendre les coquerelles qui sont à l’intérieur. On assiste ici à quelque chose qui est déphasé de la réalité», conclut-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.